Bilbo le Hobbit de J.R.R Tolkien

Écrit par J.R.R Tolkien • Paru en Janvier 1989

312 pages

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible. L’aventure tombe sur lui un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans une chasse au trésor périlleuse à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug…
Il traversera les Monts Brumeux et la forêt elfique de Mirkwood, sera capturé par de puissants trolls et traîné par des orcs dans les entrailles de la terre;il sera contraint à un concours d’énigmes par le sinistre Gollum, englué
dans la toile d’une araignée géante, et participera à une bataille légendaire…
Bilbo échappera cependant à tous les dangers et reviendra chez lui, seul et incompris, mais riche et plus sage, en possession d’un mystérieux anneau…

« Bilbo le Hobbit » est un roman fantasy écrit par le célèbre et renommé J.R.R Tolkien. Il s’agit de l’histoire précédant celle du Seigneur des Anneaux. Nous y retrouvons Bilbo dans ces jeunes années. Un soir, Gandalf, un magicien vient le voir et se fait inviter à boire le thé. Le lendemain, son trou de hobbit se retrouve rempli par 13 nains et Gandalf, qui les a rejoins. Par cette visite inattendue commence une grande aventure …

Si je devais décrire ce livre en un mot et un seul je le définirais comme chaleureux. Le style de l’auteur est fluide et nous met à l’aise pendant notre lecture. C’est un livre très sympathique à lire. Il s’agit d’une grande aventure qui commence d’une façon assez folklorique car inattendue. J’ai beaucoup aimé le début de l’histoire car pour ceux qui connaissent le seigneur des anneaux on y retrouve un personnage emblématique dans sa jeunesse : Bilbo.

On fait également la connaissance de 13 nains :  Fili, Kili, Oïn, Dwalïn, Gloïn, Balïn, Bifur, Bofur, Bombur, Dori, Ori, Nori et Thorïn. Des personnages très atypiques et au caractère spécial, caractéristique des nains. Au départ, ils ont du mal à faire confiance à Bilbo et sont très méfiants. Il ne sont pas très téméraires mais deviennent courageux quand il s’agit d’aider leurs amis. Comme ils sont nombreux on n’arrive pas vraiment à se représenter le caractère de chacun d’eux. On a plutôt une vision globale du groupe car ils se ressemblent tous beaucoup même si ils ne sont pas non plus tout à fait égaux.

Bilbo quant à lui n’est pas non plus très à l’aise car il n’a pas l’habitude de partir à l’aventure puisque ce n’est pas très bien vu dans la comté. Tout ne commence pas très bien pour lui et il rêve de retrouver sa petite vie tranquille mais le goût de la découverte se fait rapidement ressentir. Il est rusé et essaye toujours de sortir les nains de leurs mauvais pas. Avec ce périple, Bilbo découvre qu’il est plus courageux qu’il ne le croyait et surtout que le voyage lui a permis de murir.

Dans ce livre, J.R.R Tolkien à introduit tout un tas de chants venant des elfes, des nains et des personnages qu’ils rencontrent, je trouve que ça ajoute une pointe d’originalité et de convivialité cette histoire.

À la fin de notre lecture, on éprouve le même sentiment de mélancolie qu’on aurait ressentit si nous avions nous même vécu cette grande aventure. C’est une belle histoire pleine de poésie qui nous donne des leçons de vie, nous montrant que les plus petites personnes sont capables de grandes choses. Nous ne devrions jamais nous rabaisser, car nous avons toujours un talent caché qu’on découvre un jour quand l’occasion se présente.

Pour conclure, c’est donc une très belle lecture. Nous vivons en même temps que les personnes une aventure joyeuse bien que dangereuse. J’ai souris plusieurs fois pendant celle-ci car l’auteur laisse une pointe d’humour dans le récit. Une roman selon moi indispensable à lire si on veut pleinement apprécier la trilogie du seigneur des anneaux !

bonne-lecture

Publicités

Les Cités des Anciens Tome 2 : les Eaux Acides de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Janvier 2012

350 pages

Le grand jour se profile : Alise et Thymara vont enfin rencontrer les dragons, l’une pour assouvir sa soif de connaissances, l’autre pour les conduire jusqu’à la légendaire cité des Anciens. Elles ignorent que cette rencontre changera leur existence. Alise, passagère à bord du mataf dont le capitaine, Leftrin, ne la laisse pas insensible, doit faire un choix qui compromet sa réputation et son mariage. Thymara, parce qu’elle fréquente les autres jeunes gardiens, porteurs des stigmates du Désert des Pluies, remet en cause les règles qui régissent sa vie depuis sa naissance. Un trajet long et pénible les attend, mais c’est la seule manière de découvrir leur vraie nature…

« Les Eaux Acides » de Robin Hobb est le second tome de la série « les cités des Anciens ».  Nous retrouvons donc l’histoire où nous l’avions laissée ainsi que les personnages : Alise accompagnée de Sédric, Leftrin et son équipage ainsi que Thymara et le groupe des gardiens. Dans ce tome, leur histoire va se lier pour ne former qu’une, celle du début d’un grand périple accompagné par tous les dragons pour retrouver la merveilleuse Kelsingra, la cité des anciens.

Pour commencer, nous retrouvons Leftrin, qui s’apprête à rencontrer Alise et Sédric à qui il a permis de voyager jusqu’à Cassaric sur le Mataf. Dès le premier regard, il méprise le jeune homme hautain qu’est Sédric et apprécie la jeune fille et son caractère avenant. Voici donc les premiers liens qui se forment entre les personnages du premier tome qui ne s’étaient encore jamais rencontré. C’est l’une des premières choses que j’ai apprécié dans ce roman. Étant donné que les personnages principaux se rencontrent petit à petit, l’histoire est moins entrecoupée par des scènes se passant dans des endroits différents. Plus les pages défiles, plus l’histoire devient unie pour n’en former qu’une qui rattroupe tous les personnages.

La multiple narration est toujours le plus gros atout de ces romans, nous permettant de connaitre l’histoire sous plusieurs angles différents, selon les avis des différents caractères et leur position dans l’histoire. C’est un avantage considérable car il permet de diversifier le roman et de le rendre par la même occasion plus riche. La plume de l’auteur est également toujours aussi fluide et agréable à lire. Son style est clair, nous permettant de nous imaginez les lieux, les personnages et les actions en quelques secondes et avec une déroutante facilité.

Dans ce second tome, on sent que les personnages murissent. Thymara par exemple, se rend compte de la dure réalité d’une vie en communauté avec les autres gardiens. En effet, tout n’est pas toujours facile. Certains veulent prendre le pouvoir, des amitiés se forment et se renforcent quand d’autres se délient. Elle apprend à chasser pour nourrir les dragons, apprends à les soigner et à les panser et surtout, elle se rend compte que ce voyage ne sera pas de tout repos.

En ce qui concerne Leftrin, personnage que nous n’avions pas beaucoup eu l’occasion de connaitre dans le premier tome, il est beaucoup plus mis en avant dans celui-ci. Il s’agit d’un être toujours un peu mystérieux mais on apprend quand même à découvrir des choses sur sa personnalité. Son coté « capitaine bourru » cache une grande connaissance de l’environnement des eaux acides et son caractère amical envers son équipage et surtout Alise, qu’il apprécie beaucoup. C’est un homme qui sait se rendre aimable envers les personnes qu’il apprécie mais qui n’arrive pas vraiment à faire des efforts envers ceux qu’il méprise.

Alise quant à elle s’émancipe beaucoup dans ce second tome, elle est heureuse car son rêve se réalise, mais pour celui-ci elle a dû sacrifier sa parole envers son mari. En effet elle ne rentrera pas dans les délais prévus puisqu’elle s’est engagée dans la recherche de la cité des anciens, un périple longue et à durée indéterminée.
Sédric est furieux car il n’est pas à l’aise dans le confort précaire que lui offre le mataf mais aussi car cette décision met en péril un sinistre projet … On découvre un nouveau Sédric dans ce tome, un homme désagréable qu’on ne soupçonnait pas, il est méprisant, hautain et arrogant au possible. Je me suis pas mal détaché de lui car dans le premier tome je ne le croyais pas comme ça. Le découvrir n’a pas été un grand plaisir mais on sent qu’il va avoir un rôle déterminant dans l’histoire … Ce qui est très intriguant avec ce personnage c’est qu’il cache bien son jeu et que c’est grâce aux moments ou il devient narrateur qu’on apprend sa vraie personnalité.

L’intrigue reste toujours aussi prenante. On se demande si le voyage arrivera à son terme positivement et quels nouveaux rebondissements vont arriver, comme les personnages sont nombreux, ils se passent tout un tas de choses, d’évènements entre eux ce qui est vraiment très appréciable. C’est un roman très vivant comme je les aime.

Pour conclure, ce second tome ne perd pas les avantages du premier. Toujours aussi fascinant, il nous permet de mieux connaitre les personnages et le désert des pluies, nous donnant évidement envie de continuer cette série. J’ai encore eu un coup de cœur pour la plume de Robin Hobb. A cet instant, il n’y a qu’une question qui me brule les lèvres : à quand le prochain tome ?

Coup de coeur

Merci aux éditions j’ai Lu ainsi qu’au forum Mort Sure de lecture pour ce partenariat.

Les Filles au Chocolat Tome 2 : Coeur Guimauve de Cathy Cassidy

Écrit par Cathy Cassidy • Paru en Février 2012

281 pages

Skye, 12 ans, est une fille cool et pleine de charme, avec son petit grain de folie. Mais depuis toujours, elle se sent moins attirante que sa jumelle Summer. Même Alfie, le meilleur ami de Skye, finit par lui avouer qu’il craque pour sa soeur ! Même si elle aime sa jumelle plus que tout, Skye aimerait aussi qu’on la remarque. Comment faire pour sortir de l’ombre en restant soi-même?

« Cœur Guimauve » est le second tome de la série les Filles au Chocolat de Cathy Cassidy. Dans ce tome, nous vivons le récit par le regard de Skye qui est alors âgée de 12 ans. On poursuit donc l’histoire de nos cinq filles au chocolat par l’intermédiaire d’une autre héroïne. Celle-ci se sent dans l’ombre de sa sœur jumelle et une étrange découverte va lui permettre de s’évader du quotidien. Seulement voila cette évasion l’écarte de la vie réelle et lui fera encore plus douter de l’amitié et de l’amour que son entourage lui porte …

Pour commencer, je félicite encore une fois la maison d’édition pour la beauté de la couverture, qui est encore plus gourmande que la précédente avec ces minis guimauves et les sucres d’orges, et tous les petits détails qui donnent envie de la dévorer. 

Tout d’abord, j’aime beaucoup l’idée de suivre la série avec une narratrice différence pour chaque livre. Ça nous permet de découvrir la suite de leurs aventures sous un autre point de vue, ce qui ne peut être que plus enrichissant pour notre lecture. J’avoue qu’au début ça me faisait un peu bizarre puisque j’étais habituée à vivre l’histoire par le biais de Cherry et du coup à certains moments j’étais « perdue », croyant qu’il s’agissait encore d’elle et non de Skye. Heureusement ça n’a duré que dans les vingt premières pages et ça ne m’a pas grandement perturbée, voyant l’avantage de cette nouvelle narration, j’ai bien vite oublié ce petit détail.

Cette fois-ci, l’amour est toujours présent mais d’une façon moins directe que dans le premier roman et surtout, le sujet n’est pas du tout traité comme dans le premier tome. C’est un atout incontestable car on n’a vraiment pas une impression de répétition et de déjà vu mais au contraire, on ressent du renouveau et une certaine diversité pour cette nouvelle histoire.

Le thème du passé est également ajouté au roman. En effet, l’histoire étrange et tragique de Clara Travers, une jeune fille qui avait vécu à Tanglewood House il y a de cela plusieurs dizaines d’années prend toute son importance dans le récit. C’est par ce biais que Skye va plonger dans l’univers des rêves et du paranormal. J’ai beaucoup aimé ce sujet, traité de façon à ce que le suspense soit au rendez-vous. On se demande toujours quel est le lien qui relie Skye à cette jeune fille morte depuis longtemps et si ce n’est pas plutôt son imagination qui lui joue des tours. Jusqu’à la fin du roman, on grappille des indices mais on a l’impression que plus les indices s’enchainent, moins ça deviens clair pour ensuite, à la fin du roman comprendre le vrai du faux et le dénouement de l’intrigue.

Les personnages quant à eux ne changent pas beaucoup. Honey est toujours aussi éloignée de leur vie de famille, Coco est toujours pleine de vie. Seulement voila, Skye se rabaisse vis-à-vis de sa sœur, se sentant en permanence dans son ombre. Comme beaucoup de filles de son âge, elle a du mal à trouver sa place en grandissant, bien qu’elle ait toujours été très proche de sa sœur jumelle, leur relation change. On ressent très bien les sentiments de Skye. Je pense que n’importe quelle jeune fille de son âge peut s’identifier à elle. Avec ce second tome je me suis beaucoup rapproché d’elle et j’ai su apprécier son caractère peu commun et ses goûts originaux.
Nous rencontrons d’ailleurs un nouveau personnage, Tommy, un habitant du village. Au premier abord il parait bizarre et excentrique seulement plus on apprend à le connaitre plus on le trouve sympathique et agréable. Il fait des efforts pour changer et ça se ressent très bien. On se lie de plus en plus avec lui et sa personnalité un peu loufoque.

Le style de l’auteur est toujours aussi chaleureux et agréable à lire. On sent qu’elle a cherché à varier sa série par des histoires totalement différentes à travers les tomes, ce qu’on ne peut qu’approuver. Aucun doute la dessus, vous ne pouvez qu’apprécier ce tome autant que le précédant. La fraicheur de l’écriture est toujours aussi enivrante et le livre ne fera pas long feu, on le dévore et on en redemande.

Pour conclure, Cœur guimauve est une superbe suite de la série. Elle garde les atouts du premier tome et arrive encore une fois à nous transporter dans l’histoire de nos cinq filles au chocolat. On ne peut qu’avoir hâte de lire la suite, car encore une fois la fraicheur des lignes et le naturel de la lecture ne peuvent que nous séduire. J’attends la sortie du troisième tome et la découverte de sa couverture avec impatiente !

Coup de coeur

Je remercie encore une fois Samia et les Éditions Nathan pour ce Service Presse.