Le Mage de la Montagne d’Or d’Alexandre Lévine

Écrit par Alexandre Lévine • Paru en Avril 2011

344 pages

Un étrange mage du nom de Wärsani se rend à la cour d’Yssourak, le souverain du vaste royaume du Tourpana, où, usant de ses pouvoirs magiques, il enlève la favorite du roi. Quelques jours plus tard, une jeune fille à la sublime beauté se présente. Elle dit s’appeler Astarya et être la fille du mage. D’après elle, Wärsani a acquis l’immortalité, et tant de pouvoirs que les dieux eux-mêmes ne sauraient le vaincre. Il est devenu le Seigneur des Ténèbres.

Astarya propose néanmoins de protéger Yssourak contre celui qu’elle assure être son père. L’offre est tentante, mais qui est vraiment Astarya ? Le roi s’apprête-t-il à introduire dans son palais une alliée ou bien une vipère au service de Wärsani ? Astarya ne le cache pas : c’est la vie du roi qui est en jeu. Et insensiblement, les forces des Ténèbres commencent déjà à étendre leur emprise sur le royaume.

« Le Mage de la Montagne d’or » est un roman fantastique écrit par Alexandre Lévine et publié aux éditions Artalys. Nous sommes plongé dans un monde de légendes et l’histoire commence au pays du Tourpana. Là, le roi Yssourak règne sur son royaume, bien entouré par de nombreuses concubines. Un jour, un mage nommé Wärsani fait son apparition au palais et demande qu’on lui cède Kanashka, la favorite du roi. Celui-ci refuse, mais dans la nuit, elle est enlevée. Quelques jours après, une jeune femme rend visite au roi, prétendant s’appeler Astarya et être la fille de ce mage, dont elle veut protéger le Tourpana du sinistre dessein …

Je découvre avec ce roman la maison d’édition Artalys et je dois dire que je ne suis pas déçue. Le livre en tant qu’objet est très plaisant à regarder avec une sublime illustration d’Elie Darco que je félicite pour son travail. Ensuite, quand on tourne les pages, on voit que le papier est de qualité et assez épais. Il s’agit d’ailleurs de papier certifié FSC, un très bon choix de l’éditeur qui a choisi de respecter l’environnement grâce à un papier issu de forêts gérées durablement. La mise en page est simple et claire. Bref, dès le premier coup d’œil la forme est plaisante et je peux vous dire que le fond l’est tout autant.

Pour commencer, le style de l’auteur m’a plu dès les premières pages. Je l’ai trouvé très poétique, rendant ce qui est écrit très beau, sans pour autant que ça devienne lourd. En effet, tout est léger et simple, très agréable à lire. Les descriptions sont claires et nous permettent de bien nous représenter les différents lieux du roman du premier coup, de même pour les personnages. Un gros point positif selon moi.

Les lieux dans lesquels ce livre nous mène sont tous plus enchanteurs les uns que les autres. La Montagne d’Or, malgré un coté sombre, est sublime à découvrir, toutes ces salles, ces escaliers, c’est un lieu qui ne m’a vraiment pas laissée indifférente. Le Tourpana et sa région environnante, les abords de la Montagne d’or, sont autant de lieux décrits à la perfection qui donnent envie d’être découverts.

L’intrigue et son coté légendaire, mythique, m’a vraiment émerveillée. L’histoire est agrémentée par des personnages hauts en couleurs et en personnalité. Bien qu’au premier abord la trame pourrait paraitre simple, elle ne l’est pas du tout et on s’en rend bien compte à le lecture du roman.

En ce qui concerne les personnages, je me suis énormément attachée à Astarya. Bien qu’au début on ne sais pas vraiment de quel coté elle se trouve, on ne peut que l’apprécier. C’est une jeune femme à la double personnalité, à la fois immortelle et humaine. Ses pouvoirs exceptionnels et originaux la rende puissante mais ne suppriment pas son coté sympathique. Plus le roman avance, plus on s’attache à elle pour la découvrir réellement à la fin de l‘histoire. C’est à ce moment là qu’on comprend pourquoi malgré un premier abord à craindre, on s’est attaché à elle tout au long du roman.

Kanashka, quant à elle est une vraie battante et ne se laisse jamais abattre sur son sort, elle a une forte personnalité et est très attachée à son souverain. Yssourak est un roi mais avant tout un homme qui aime la présence de nombreuses femmes dans son palais. Il gouverne son pays avec honneur et ne recule pas devant les obstacles, tout au long du roman. Il va même jusqu’à risquer sa vie pour le Tourpana.

Le roman est traité de façon très sensuelle sans devenir obscène. Au contraire, l’amour et les rapports sexuels sont traités de façon poétique, douce. C’est un agrément au roman que j’ai beaucoup apprécié car il a été très bien traité et à ajouté une touche d’érotisme à cette histoire digne des plus belles légendes. Tout parait naturel et ce coté sensuel m’a totalement séduite.

La fin du roman et ses derniers chapitres m’ont subjugués. Ce sont mes meilleurs moments passés en compagnie de ce livre. L’action est bien décrite et construite. On en apprend beaucoup sur les personnages à ce moment de notre lecture mais aussi sur ce monde, cet univers.

Pour conclure, ce livre m’a énormément touchée, j’étais très triste de devoir quitter l’univers enchanteur créé par l’auteur et ses personnages. Je conseille ce livre à tous car il mêle à la perfection son intrigue, les actions, le fantastique et ce avec une touche de sensualité qui embelli le roman. En un mot, ce livre m’a complètement émerveillée. J’ai été conquise et c’est sans aucun doute que je le nomme comme l’un de mes coup de cœur !

coup-de-coeur

Je remerçie beaucoup les Editions Artalys pour ce premier partenariat qui m’a enchantée.

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s