Les Filles au Chocolat Tome 3 : Coeur Mandarine de Cathy Cassidy

Écrit par Cathy Cassidy • Paru en Juin 2012

280 pages

Summer, 13 ans, voit son rêve d’être danseuse devenir réalité : elle est sélectionnée pour les examens d’entrée à une prestigieuse école de danse ! Mais, pour elle qui a l’habitude d’être la sœur parfaite au yeux de sa jumelle Skye, la pression monte. Et ni sa grand-mère, aux commandes de la famille pendant que Paddy et sa mère sont en lune de miel, ni sa grande sœur Honey en pleine crise d’ado ne se rendent compte que Summer est envahie par le stress. Le seul qui y prête attention, c’est son ami Tommy…

« Cœur Mandarine » est le troisième tome de la série les filles au Chocolat écrite par Cathy Cassidy. Cette série haute en couleurs et en gourmandise nous dévoile un tome vécu sous l’angle de Summer, la jumelle de Skye qui a alors 13 ans. Cette passionnée de danse classique profite de ses vacances pour se perfectionner et tenter d’entrer dans une grande école. Alors que sa mère et Paddy sont partis au Pérou en voyage de noces, les répétitions s’enchainent mais son ambition démesurée pourrai bien lui brûler les ailes et son envie de tout contrôler alors que personne ne ressent son mal-être pourrait bien la conduire sur les chemins des secrets et des mensonges …

Cette nouvelle histoire est très accueillante. Dès le début j’ai su trouver mes marques avec cette nouvelle narratrice qu’est Summer. Dans le deuxième tome j’avais eu un peu de mal avec le fait que chaque livre changeait de point de vue mais maintenant je m’y suis parfaitement faite et je trouve cette multi-narration à travers les tomes originale et surtout pratique pour se rapprocher des personnages.

Et puis, quel bonheur de retrouver la plume de Cathy Cassidy dans ce troisième opus. Toujours aussi fluide, entrainante, l’écriture de l’auteure ne peut que vous plonger dans son univers et vous attirer. Bien que dans ce tome, des sujets moins légers que dans les précédents soient évoqués, c’est toujours un plaisir de lire cette auteure et sa plume de velours.

Comme dans chacun de ses tomes, Cathy Cassidy se plait à nous évoquer des problèmes qui peuvent subvenir dans une famille, rendant ses livres d’une authenticité surprenante. Je suis touchée à chacune de mes lectures de l’auteur et je dois dire que ce tome est pour moi le plus réussit de ce coté là car il traite d’un problème courant qui est évoqué dans très peu de livres : l’anorexie.

Ce qui m’a beaucoup surpris, c’est qu’au début on est comme Summer et on ne se rend pas vraiment compte qu’elle est entrain de se rendre malade. Je pensais qu’elle faisait juste attention à son poids pour la danse mais en réalité c’était bien plus que ça. Le fait qu’on arrive à ressentir en partie les étapes de ce trouble alimentaire rend ce livre fort et tout semble tellement réel qu’on se demande même si l’auteur n’a pas connu quelqu’un ayant ce trouble voir si elle n’en a pas elle-même été victime.

Malgré ce combat quotidien pour réussir le rêve de danseuse de Summer, l’auteure à réussis à ne pas rendre ce livre triste mais à continuer sur sa lancée de livres simples, agréables à lire, joyeux, pleins de vie et surtout remplis d’espoirs et de rêves. A coté de la danse et des problèmes de Summer, la vie continue pour ses sœurs et Tanglewood House est toujours pleine de vie et d’histoires entre les différents personnages.

Il est difficile de décrire ce que je ressens dans chacun de ces livres, mais tout ce que je sais c’est que je les dévore et je pourrais les lire pendant des heures si le mot fin du livre n’arrivait jamais. Je me sens bien quand je lis ces livres et surtout je suis plongée dedans à cent pour cent !

Les tomes se déroulent chronologiquement, si bien qu’on voit les mois défiler et surtout les filles grandir. Dans ce tome j’ai surtout remarqué l’évolution de la petite dernière : Coco mais aussi celle de Honey qui bien qu’elle soit la plus grande commence seulement à prendre la réalité telle qu’elle est plutôt que de se monter contre tout le monde car elle est malheureuse. J’attends donc beaucoup la suite pour encore voir grandir les filles et vivre avec elles leurs petites vies bien remplies !

Pour conclure, encore une fois j’ai été conquise par ce tome plein de fraicheur mais en même temps assez dur. Pour le moment c’est mon tome préféré car c’est celui le plus fort au niveau des émotions qu’il transmet. Si vous ne connaissez pas encore cette série il faut absolument que vous la découvriez ! Pour moi c’est toujours et encore un coup de cœur pour cette auteure qui ne commet aucune fausse note dans ses livres.

Merci aux éditions Nathan pour ce partenariat.

Azami le Coeur en deux de Marc Cantin et Isabel

Écrit par Marc Cantin et Isabel • Paru en Juin 2012

215 pages

Azami, une jeune Japonaise de 14 ans, qui vit avec sa grand-mère un peu sorcière, a plein de projets en tête. Mais voici que son père, qu’elle ne voit que très rarement, lui propose un voyage en France chez des amis franco-japonais !
Pour Azami, c’est le choc des cultures. Les cheveux verts de Myo, la fille des amis de son père, forment un drôle de contraste avec ses habits d’enfant sage. Et les sortilèges de sa grand-mère sont une bien piètre protection contre les « pièges » de la vie française ! Comble de malchance, voici qu’Azami tombe amoureuse du petit ami de Myo…

« Azami : le cœur en deux » est un roman écrit par Marc Cantin et Isabel deux auteurs jeunesse. Nous y rencontrons Azami, une jeune fille vivant dans la campagne Japonaise chez sa grand-mère : Obâsan. Elle a perdu sa mère petite et son père, qui travaille à Tokyo, n’a pas le temps de s’occuper d’elle car ses affaires le retiennent toujours en ville ou à l’étranger. Cependant elle aime ça petite vie tranquille et ça tombe bien car les vacances d’été vont bientôt commencer. Azami commence déjà à planifier ses futures journées en compagnie de Nayoko, sa meilleure amie mais une proposition de voyage à Paris que lui fait son père va tout changer …

Cette histoire bien sympathique commence doucement mais surement. Les auteurs ont adopté un style assez basique et simple, adapté aux lecteurs jeunesse puisque ce livre est destiné à un public de jeunes à partir de 11 ans. En tout cas ce qui est certain c’est que leur façon d’écrire n’est pas dénuée d’humour, au contraire et c’est en grande partie grâce à ça que je me suis attachée si vite à l’histoire. Comme le livre est assez court, environ 200 pages écrites avec une police de taille assez grosse, je l’ai lu d’une seule traite.

Concernant les personnages, j’ai eu un gros coup de cœur pour la grand-mère d’Azami qui m’a fait beaucoup rire par son coté un peu exubérant avec ses croyances ancestrales surtout concernant l’ordinateur d’Azami. On ressent à quel point Azami lui est reconnaissante de s’occuper d’elle et à qu’elle point elle est attachée à elle. Les sentiments sont très bien retranscris dans ce roman.

Azami quant à elle est pleine de vie et attachante surtout quand elle est à Paris car elle découvre de nouvelles façons de faire, de penser et de se comporter ce qui la perturbe un peu au début. C’est en quelque sorte un choc des cultures entre elle qui a été élevée dans les traditions Japonaise et Myo, une adolescente rebelle aux cheveux verts qui vit dans la capitale française. La pauvre n’a pas plus de temps pour voir son père qu’au Japon même si ils vivent dans le même appartement elle ne le voit qu’en coup de vent et ça l’affecte beaucoup même si elle ne le montre pas énormément, le lecteur ressent sa peine.

On peut décomposer ce livre en deux parties : celle où Azami est à Kaïdo au Japon et l’autre ou elle est à Paris. La première introduit le roman de façon assez traditionnelle pour nous présenter l’univers d’Azami et l’autre est un bouleversement pour la jeune fille, entre découvertes, amour, amitié et surtout nouvelles inattendues mais toujours avec une part de Japon grâce à un être qu’Azami à apporté bien malgré elle en France.

La partie Japonaise m’a beaucoup plus car j’ai découvert dans ce petit livre des coutumes, une autre façon de vivre et je dois dire que ce livre vous fait voyager de Kaïdo à Paris en passant par Tokyo. Par contre, j’ai trouvé la seconde partie plus banale et même parfois un peu caricaturale surtout concernant la jeune Myo. Heureusement, vers la fin, j’ai apprécié son recul vis-à-vis du séjour de Myo et j’ai retrouvé pour mon plus grand plaisir une part moins noire et étrange de la jeune fille.

A la fin de ce livre, Azami doit prendre une décision importante et je suis contente de son choix et de la façon dont termine ce livre qui bien qu’étant destiné aux jeunes lecteurs est plein de sincérité, de joie de vivre et de découverte.

Pour conclure, ce livre malgré un « milieu » un peu fade et décrivant des clichés un peu déjà vu m’a séduite car il ne faut pas oublier que c’est un roman jeunesse donc qui suppose une histoire assez simple. Il a su me faire voyager dans un pays aux coutumes différentes des miennes. J’ai beaucoup aimé le coté traditionnel du livre et la personnalité d’Azami et de sa grand-mère. Un livre drôle, émouvant que je n’ai pas lâché avant de le terminer.

Merci aux éditions Nathan pour ce partenariat.

Les Perles d’Endore de Valentine Hortelan

Écrit par Valentine Hortelan • Paru en Avril 2011

450 pages


L’Aldorenne est en danger. Les dix perles d’Endore qui maintenaient les démons enfermés sont sur le point d’être rassemblées. Tohaya a quinze ans lorsqu’un étrange vieil homme lui révèle ce qui va à jamais changer sa vie : elle détient la dernière perle, le dernier espoir de sauver son monde. La jeune fille endosse la terrible responsabilité de la protéger, mais elle est loin de se douter de ce qui l’attend…

« Les Perles d’Endore » de Valentine Hortelan est un roman fantasy se déroulant en Aldorenne, un monde différent du notre. Ce monde est séparé en plusieurs continents : celui des hommes, celui des nains, celui des elfes mais également celui des démons. Jadis dix façonneurs d’étoiles vainquirent les démons grâce aux perles d’Endore mais celle-ci ne doivent dorénavant en aucun cas être toute réunies car ça représenterais la perte de l’Aldorenne. Une chose est sur, seul subsiste celle de Tohaya éloignée des autres mais elle ne sait pas encore que les légendes qu’elle a apprise étant enfant sont en fait une réalité et que c’est de son destin que dépend son monde …

Ce livre m’attirait beaucoup de par sa couverture sombre et mystérieuse mais aussi par sa quatrième de couverture qui annonçait un livre fantasy comme je les aime ! Malheureusement, au début de ma lecture, je n’ai pas été conquise. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais il y avait quelque chose qui ne passait pas entre moi et ce livre. Peut être un sentiment de déjà vu et la peur de lire un livre qui au premier abord ne correspondait pas à mes attentes suite à la lecture de la quatrième de couverture. Je ne le saurais jamais mais je trouve dommage d’avoir ressentit ça au début de ma lecture puisque ensuite, une fois le déclic passé, j’ai adoré cette histoire !

Passé la phase où l’auteure nous pose les bases du récit, le déclic s’est produit et jusqu’à la fin j’ai adoré cette histoire qui finalement était à la hauteur de mes espérances. Et pour ne rien vous cacher je l’ai même dévoré jusqu’à la fin et en peu de fois car à chaque moment de lecture je n’arrivais plus à m’arrêter, tellement le suspense était insoutenable. Ce que j’ai surtout apprécié c’est le fait qu’on en apprend petit à petit tout au long du roman donc on est souvent surpris par les révélations auxquelles on fait face c’est beaucoup mieux que de presque tout savoir dès le début puisque ça laisse planer des doutes, des questions, des mystères.

Concernant l’histoire, elle est bien construite et je n’ai eu aucun souci de compréhension. J’ai été impressionnée par la complexité de celle-ci car jusqu’à la dernière ligne l’auteur arrive à nous surprendre ! Ce que j’ai aussi beaucoup aimé c’est le fait que vers la fin, certains points évoqués au début du livre qui semblaient sans importance se révèlent finalement déterminants. De même, il est arrivé que certaines réactions, certains comportements des personnages au début étaient en réalité révélateurs et on les comprend à la fin. J’aime beaucoup ce lien entre le commencement de l’histoire et sa fin.

Concernant les personnages, je les ai trouvés bien travaillé et leurs liens sont bien définis. Tohaya grandis et apprends beaucoup de ses épreuves à un tel point qu’on a presque l’impression qu’elle a grandis de plusieurs années entre le début et la fin du livre. Seulement, tout parait très crédible car son évolution se fait progressivement et elle rencontre des difficultés. J’ai apprécié d’avoir une héroïne qui n’est pas invincible et qui possède des faiblesses comme tout le monde. Les autres personnages ont également une part de mystère appréciable qui relève le suspense de l’histoire.

Par contre, un point que j’ai moins apprécié mais qui n’a rien à voir avec l’histoire c’est les quelques fautes qu’on trouve par ci par là dans le roman, ça m’a dérangé parce que ça gâche un peu le contenu de trouver des fautes aussi flagrantes. Ce n’est qu’occasionnel mais il fallait quand même que je le précise puisque ça m’a fait tiquer à plusieurs reprises.

La fin de ce roman m’a vraiment épatée et m’a fait oublier le décrochage du début du roman. Très complète, elle permet de finir le roman en beauté et nous marque, même quelques jours après la lecture. Les dernières révélations sont les plus percutantes et l’action va à cent à l’heure. J’étais complètement scotchée au livre !

Pour conclure, ce roman malgré un début laborieux à su me convaincre et à conquis mon cœur de lectrice. Les mots me manquent pour traduire l’effet qu’il a eu sur moi tellement il m’a marqué. Bien construit et surtout très probant, ce roman pourra convaincre les amateurs de fantasy tout comme les autres lecteurs.

Coup de coeur

Merci aux Éditions Persée pour ce premier partenariat très prometteur.

Princesse Kilala Tome 1

Princesse kilala tome1

Écrit et dessiné par Nao Kodaka et Rika Tanaka • Paru en Juin 2012

208 pages

Un jour, Kilala rencontre un jeune garçon, Rei, qui possède une couronne magique. Son destin va alors changer. Guidés par cette couronne, ils se retrouvent dans un autre monde… qui n’est autre que celui de Blanche-Neige !

Princesse Kilala est un manga publié chez Pika Edition. Son illustrateur est Nao Kodaka et sa scénariste Rika Tanaka. Ce manga nous raconte les aventures de Kilala, une jeune fille à qui il arrive tout un tas de choses en rapport avec les différentes princesses Disney. Tout commence par la rencontre entre Kilala et un mystérieux jeune homme blond …

Tout d’abord il faut savoir que je ne suis pas une adepte des Mangas en temps normal car je n’ai jamais vraiment compris comment les lire sans voir les actions futures avant les actions présentes à cause du sens de lecture japonais mais comme l’histoire m’attirait beaucoup, je me suis laissé tenter.

En ouvrant le manga, j’ai eu une très bonne surprise. Tout d’abord pour ceux qui l’ouvrent à la française (comme moi), une page annonce notre erreur avec un panneau attention pour nous prévenir et nous empêcher par inadvertance de découvrir la fin avant le début. Ensuite quand on prend enfin le bon sens, la première page nous explique, avec l’exemple d’une page, dans quel ordre nous devons lire. Je dois dire que pour moi ça a été une révélation puisqu’il ma suffit de lire une fois cette explication pour qu’au cours de ma lecture, je réussisse à lire de façon naturelle et sans me tromper. Dès le départ, la maison d’édition marque des points : que vous soyez des adeptes ou pas des mangas, vous réussirez à coup sur à vous y retrouver ce qui est très judicieux et pour ça je dis : merci Pika !

Passons à présent aux illustrations car je pense que c’est un des points très importants à considérer avec les Mangas. Tout d’abord, j’ai été bluffée de voir à quel point les princesses Disney étaient reproduite à la perfection ! On dirait que Nao Kodaka a fait un copier coller tellement c’est réussit. Ensuite, les quelques lieux des différents films Disney qui font partis de ce manga sont également parfaitement reproduit, on réussit sans aucun soucis à ce remémorer le visionnage des films d’animation de notre enfance et c’est ce qui m’a beaucoup charmée.

En ce qui concerne les personnages créés par le dessinateur : Kilala, Erica, Rei … ils sont vraiment superbes et très expressifs ce que je trouve vraiment génial. Ma préférence va évidement pour Kilala et sa chevelure blonde qui fait princesse tout en lui laissant son rang d’écolière mais sa meilleure amie est aussi très belle.

Pour ce qui est du scénario, je l’ai également trouvé très réussis, comme c’est un manga et que l’histoire est courte, tout commence très vite et l’histoire peut commencer rapidement pour notre plus grand bonheur. J’ai trouvé la pointe d’humour de ce Manga rafraichissante et il m’est arrivé de sourire à de nombreuses reprises pendant ma lecture.

La seule chose qui m’a un peu déstabilisée c’est la rapidité avec laquelle on lit le manga. Je l’ai lu d’une traite en une bonne heure. Moi qui suis habitué aux romans c’est sur que ça m’a changé mais en même temps j’ai su apprécier la breveté de l’histoire et la rapidité des actions. Je résume maintenant les Mangas et surtout celui-ci par cette phrase que je trouve très appropriée : toutes les bonnes choses ont une fin et en effet il ne faut pas penser à celle-ci mais au bonheur qu’on ressent tout au long de la lecture.

Je suis retournée en enfance par l’implication de Disney dans ce Manga et ce pour mon plus grand bonheur. Réussir à se remémorer les personnages et une partie de leur histoire m’a vraiment mis du baume au cœur et je pense que n’importe qui peut lire ce manga. On pourrait le croire destiné uniquement aux enfants mais je ne suis pas de cet avis. Je suis sur que les adultes pourraient apprécier cette petite parenthèse de joie de vivre et d’entrain dans leur quotidien.

Un autre point qui m’a vraiment plu, le fait que dans l’histoire un message du dessinateur et de la scénariste se soient faufilés entre les dessins. Ça m’a beaucoup plus d’en savoir plus sur eux et sur leur création de ce Manga.

Pour conclure, cette lecture a été pour moi une belle redécouverte du genre et je crois bien qu’elle m’a rendue accro aux Mangas. Pourtant ce n’était pas un genre que j’affectionnais mais la magie de celui-ci a opérée sur moi. Ses dessins enchanteurs et son scénario vivant et dynamique m’ont transportée et même si ma lecture fut courte j’en garde un excellent souvenir ! Je regrette de ne pas avoir le prochain tome sous la main car je crois que je l’aurais lu dans la foulée. J’ai eu pour ce Manga un coup de cœur incontestable !

coup-de-coeur

Je remercie les Éditions Pika pour m’avoir permis de découvrir ce manga intéressant et surprenant.

<img class="aligncenter size-full wp-image-323" alt="princesse-kilala-tome1" src="

Les Cités des Anciens Tome 3 La Fureur du Fleuve de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Juin 2012

350 pages

Dans ce troisième volume, les tensions se nouent et s’accentuent.
Graffe prétend plus que jamais régenter le groupe et se heurte à la révolte de Thymara, qui n’accepte pas qu’on lui dicte sa conduite ; Sédric, après avoir volé le sang du petit dragon cuivré, tombe malade et constate avec effroi d’étranges modifications chez lui ; Leftrin découvre enfin l’agent de son maître-chanteur et se trouve désormais face à un choix terrible ; et Mise doit, elle aussi, décider entre son amour pour le capitaine et sa vie de femme mariée.

« La Fureur du Fleuve » est le troisième tome de la série « Les Cités des Anciens » de Robin Hobb. Dans ce livre, nous continuons les aventures des gardiens, des dragons, de l’équipage du Mataf et d’Alise. Chacun vaque à ses occupations habituelles sans se douter qu’il y a tout un tas d’affaires cachées au sein même de ce groupe qui paraissait si uni. Sédric continue son trafic, ce qui lui joue des tours. Le capitaine Leftrin quant à lui découvre qu’un membre de son équipage tient à le faire chanter et doit faire des choix par amour et par fierté et Alise quant à elle s’émancipe toujours plus, étant sur la bonne voie pour devenir une aventurière. Quand l’univers des eaux acides joue des tours à nos protagonistes, l’histoire peut continuer …

Ce tome est sans conteste la continuité de cette série que j’adore. L’ambiance reste la même : des lieux inaccueillants et pourtant une intrigue complexe qui vous tiens en haleine sans pour autant multiplier les actions, avec Robin Hobb, tout est dans la finesse des complots, des non-dits et des pensées des personnages quand ils se retrouvent face à eux même et à leurs choix.

Comme je l’avais certainement déjà dit dans l’un de mes précédents avis sur les autres tomes, les personnages sont vraiment l’atout de cette série. Leur évolution au fil des tomes est flagrante mais tout reste très naturel et possible car les changements s’opèrent au fil des pages et selon les péripéties auxquelles ceux-ci sont confrontés

Dans ce tome, j’ai apprécié de retrouver l’Alise simple et un peu naïve des autres livres, mais surtout son évolution. Elle devient une battante et une « presque » vraie aventurière. Je trouve son évolution judicieuse car Alise n’en devient que plus attachante.

Ensuite, j’ai retrouvé un certain attachement à Sédric, perdus dans le tome deux à cause de ses actes que je ne cautionnais pas. A présent, même si je ne réussis toujours pas à le porter dans mon cœur, je me rends compte que ce tome et surtout la fin lui rend un peu de son allure.

En ce qui concerne les gardiens, leurs personnalités mais surtout leurs mœurs évoluent et ce aux dépend de Thymara qui perd ses repères. Elle ne sait pas si elle doit continuer à vivre avec les lois qui lui ont été apprises à sa naissance ou si elle doit, comme les autres, revendiquer ses droits en tant qu’humaine.

Le style de l’auteure est toujours aussi prenant et envoutant, ce n’est pourtant pas un petit livre et je n’ai pas pour habitude de lire vite et pourtant je l’ai dévoré en très peu de temps. Je suis encore une fois émerveillée par cette prestance de l’auteur dans les mots qu’elle utilise. Tout est fluide et tellement naturel qu’on ne voit pas les pages défiler, je crois que c’est l’atout le plus envoutant de ce livre et de cette auteure.

La fin de ce tome annonce de grands changements pour les suivants car la situation est modifiée du tout au tout, suite à un grand bouleversement. Le suspense de cette fin était tellement insupportable, que j’ai finis les 150 dernières pages du roman d’une traite, sans pouvoir m’arrêter. C’est sans contexte les pages que j’ai le plus appréciées de ce tome même si elles m’ont laissé entrevoir un léger défaut à ce tome : en effet, bien que pleine de rebondissements, cette fin m’a laissée sur ma faim ! C’est pourquoi j’attends le prochain tome avec une impatience que je peux difficilement cacher.

Pour conclure, c’est avec bonheur que j’ai retrouvé l’équipée de ce livre durant ma lecture que j’ai trouvé beaucoup trop courte à mon gout ! Les personnages évoluent, on se rapproche de plus en plus d’eux. Chaque action à son importance dans ce roman et tout est lié avec merveille. La fin me laisse un gout de trop peu, j’en aurais voulu encore plus mais pour cela il me suffit juste d’attendre le prochain tome. Inutile de préciser que mon coup de cœur pour cette série a continué avec ce tome !

coup-de-coeur

Merci aux Éditions J’ai lu pour ce partenariat et au forum Mort Sure de Lecture.

Night School de C.J Daugherty

Écrit par C.J Daugherty • Paru en Mai 2012

470 pages

Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Et elle vient d’être arrêtée. Une énième fois. C’en est trop pour ses parents, qui l’envoient dans un internat au règlement quasi militaire. Contre tout attente, Allie s’y plait. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire, aussi fascinant que difficile à apprivoiser… Mais l’école privée Cimmeria n’a vraiment rien d’ordinaire. L’établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d’enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par la très discrète « Night School », dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n’y participe pas.

« Night School » est le premier tome d’une série écrite par C.J Daugherty. L’héroïne de ce roman s’appelle Allie. Au début du livre, elle est renvoyée de son école et on apprend que ce n’est pas l’une des premières qu’elle fréquente et qu’à chaque fois elle réussit à se faire renvoyer. Ses parents, qui pour la énième fois se rendent au poste de police pour la chercher suite à ses vandalismes, décident d’intervenir une fois pour toute, ils veulent la couper du monde tout d’abord en lui interdisant internet, les sorties et son portable puis vient un événement majeur, ils l’envoient dans une école privée sur laquelle ils font beaucoup de mystères. Ils ne lui disent même pas ou l’école se trouve ! Allie est complètement décalée de la réalité et déteste déjà son nouveau « chez soi » mais la découverte de l’école et ses mystères auront de quoi occuper ses journées …

L’histoire commence de façon assez normale pour ce qui va suivre. Nous sommes face à une adolescente à la vie de famille compliquée et qui ne cesse de « jouer » la délinquante pour se faire remarquer. Je n’ai pas vraiment aimé la façon dont commence cette histoire car ça ne m’a pas permis de tout de suite m’attacher à Allie ce que je trouve dommage. De même, les réactions de ses parents paraissent disproportionnées face à la réalité, en fin de compte, ce début laisse un sentiment d’insuffisance. On ressent la plume agréable de l’auteure mais cette entrée en matière n’est pas assez attrayante, dommage car la suite valait beaucoup mieux que ça !

Heureusement, dès qu’Allie entre à Cimmeria, l’univers du livre change et il se passe quelque chose d’assez paradoxal mais de totalement génial : l’auteur réussis à rendre cet univers nouveau beaucoup plus réel dans toute l’étrangeté de ce qui s’y passe. J’ai beaucoup aimé le changement d’Allie, elle devient plus sociable et amicale donc on s’attache à elle et ce d’un seul coup et pour toute la suite de l’histoire. Sa personnalité est beaucoup plus attachante et à certains moments de l’histoire, avec tout ce qui lui arrive, on a vraiment de la peine pour elle : preuve qu’on est très proche de la nouvelle Allie.

Allie est donc un personnage très complexe de par sa personnalité et les mystères qui tournent autour d’elle et de sa présence à Cimmeria. Son problème est qu’elle ne sait jamais à qui se fier et à qui se confier bien qu’elle réussit assez rapidement à se faire des amis dans l’école. L’attention que lui apporte la directrice est assez anormale pour une élève comme les autres.

Les agissements de la Night School et son fonctionnement sont assez mystérieux même après la fin du premier tome donc j’attends du deuxième qu’il m’éclaire un peu plus sur celle-ci, ce qui est très probable vu ce qui nous est révélé à la fin du livre. C’est assez drôle puisqu’elle a un rôle important dans l’histoire mais pendant la majeure partie du livre on n’en sait très peu et parfois ce ne sont que des on-dit.

La diversité des personnages de ce roman est un atout, les mystères qui planent autour d’eux l’est tout autant. J’ai beaucoup aimé les personnages complexes comme Jo et Carter. Par contre je n’ai pas trop aimé Katie qui tient le rôle de la petite peste ce que j’ai trouvé un peu trop cliché à mon gout. Au fil du roman on rencontre avec Allie de nouvelles personnes ce qui enrichis l’histoire et participe au bon déroulement de l’intrigue du roman.

Vous l’aurez donc compris, le mystère dans la réalité est le point principal de ce roman et le suspense est assez intéressant puisqu’on ne sait pas vraiment ce qu’on attend étant donné que beaucoup de choses nous sont inconnues mais ça ne nous empêche pas de tout vouloir savoir !

Pour conclure, c’est un livre où les énigmes sont nombreuses mais dans l’ensemble tout passe naturellement. Dommage que le début n’est pas très accrocheur car la suite est vraiment très très intéressante et intrigante. En bref, je ne retiens que le positif de ce livre et de cette série au grand potentiel, j’attends la suite pour continuer à vivre et à découvrir tous les mystères de ce livre et de Cimmeria.

trc3a8s-bonne-lecture

Merci à la Collection R pour ce partenariat.