Merlin : les Années Oubliées de T.A Barron

Écrit par T. A Barron • Paru en Janvier 2013

370 pages

Rejeté par l’océan, un garçon s’éveille sur une plage du pays de Galles. Il ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de sa famille. Mais il est déterminé à découvrir qui il est – et d’où lui viennent ses mystérieux pouvoirs. Ses pas le mènent vers une île enchantée, une terre étrange dont le destin est étroitement lié au sien…

« Les années oubliées » est le premier tome de la série Merlin écrite par T.A Barron et publiée aux éditions Nathan. Emrys ne connaît rien de ses années d’enfance, il a été recueilli par Branwen après s’être échoué sur une plage et depuis, il est plutôt à l’écart des autres. Suite à un incident il va devoir quitter son village et partir à la quête de son passé, en espérant retrouver la mémoire et ses origines.

J’ai toujours été intriguée par les histoires se rapportant à Merlin et à la légende arthurienne, c’est pourquoi j’étais très emballée à l’idée de pouvoir lire ce livre. Avant même que l’histoire ne commence, l’auteur fait un « point » sur les différents auteurs qui ont pu parler du personnage et nous explique que c’est car il ne trouvais pas l’histoire des jeunes années de Merlin qu’il a voulu les imaginer. J’ai beaucoup aimé cette petite mise en bouche.

Au début, il m’a fallu un certain temps d’adaptation. Forcément même après lecture du résumé, on pense tout de suite au Merlin assez âgé, sur de lui et là on se retrouve avec un petit garçon perdu dans l’oubli de son passé. Une fois cette « étape » passé, j’ai plutôt bien adhéré à l’histoire.

J’ai apprécié la façon dont l’auteur à pu imaginer Merlin étant plus jeune. Sa personnalité et sa vie me paraissent tout à fait plausible. Il a réussit à expliquer des éléments qui caractérisent Merlin mais qui n’étaient pas expliqués dans les écrits sur sa vie comme par exemple sa seconde vue, son fonctionnement et la façon dont il l’a obtenue.

Comme je l’ai déjà évoqué, j’ai aimé la personnalité d’Emrys. Son coté fragile et fort à la fois est bien travaillé. Sa détermination à connaître son passé le guide même si une personne qui en sait bien plus qu’elle ne veut bien le laisser paraître ne l’aide pas à avancer comme il le voudrait. Ce but ultime le guide et le fait quelquefois passer pour un garçon égoïste mais au fond de lui c’est un personnage très attachant.

Les lieux que nous permet de découvrir ce premier tome sont vraiment très diversifiés, passant d’un petit village quelconque à des lieux beaucoup plus variés et surprenants. Ils sont vraiment dignes du coté mythique qu’on connaît bien aux histoires de Merlin.

Les autres personnages ne sont pas très nombreux, bien qu’à la fin ils se multiplient de façon assez significative. J’ai été touché par le mystère qui plane autour de Branwen et les révélations qu’on obtient à son sujet. J’ai aussi beaucoup apprécié la joie de vivre de Rhia. et la fidélité du faucon.

Bien que ce livre soit destiné aux jeunes à partir de 11 ans, je trouve que l’intrigue est vraiment très bien travaillée. Les éléments se coordonnent de façon claire et bien trouvée. L’auteur à su être créatif et ingénieux dans sa quête de l’enfance de ce personnage légendaire.

Pour conclure, j’ai apprécié ma lecture de ce premier tome et j’ai hâte de découvrir ce que va continuer à imaginer l’auteur dans la suite. Je trouve qu’il a su prendre les informations que tout le monde connaît et les expliquer de façon plausible pour recréer le passé inconnu du jeune Merlin. Un livre que j’ai donc trouvé très intéressant à découvrir.

bonne-lecture

Beyonders 2 : Le vent de la révolte de Brandon Mull

Écrit par Brandon Mull • Paru en Octobre 2012

575 pages

De retour chez lui, Jason Walker ne pense qu’à retourner dans le monde de Lyrian. Non seulement il détient une information capitale pour l’avenir de la rébellion contre le cruel sorcier Maldor, mais il veut aussi sauver son amie Rachel. Bravant tous les dangers, il devra rassembler ses anciens compagnons et combattre de nouveaux ennemis. Le vent de la révolte souffle sur Lyrian…

« Le vent de la révolte » est le second tome de la série Beyonders écrite par Brandon Mull. Nous y retrouvons Jason, de retour à Beyond, bien décidé à retourner à Lyrian pour révéler le secret de Maldor, qui pourrait bien changer la donne dans le combat pour la liberté des peuples de Lyrian. Avec l’aide de Rachel et de ses alliés, ils vont pouvoir commencer leur révolte contre Maldor en unissant leurs forces.

Presque un an après ma lecture du premier tome, j’ai retrouvé l’univers de l’auteur avec grand plaisir et je dois dire que j’ai été surprise par la facilité avec laquelle je me suis remémorée le précédent tome, au début de ma lecture du second.

Le style de l’auteur m’a tout autant conquise que dans le premier tome. Les descriptions et les dialogues sont dosés à merveille et on se représente très facilement les lieux et les nouveaux personnages.

J’avais déjà beaucoup aimé le premier tome mais j’ai quand même réussi à préférer celui-ci. Je le trouve plus clair, plus aboutit et beaucoup moins enfantin (même si ça ne m’avais pas gênée dans le précédent tome). Il y a beaucoup plus d’actions, ce qui rend ce roman très rythmé. Nous découvrons de nouveaux lieux et nous en redécouvrons certains à travers le périple de nos personnages. L’auteur nous laisse des surprises tout au long de la lecture, ce qu’on ne peut qu’apprécier.

Dans ce tome, les personnages sont plus profonds car ils ont eu le temps d’apprendre à connaître leurs capacités. Ils les développent, ce qui s’avère utile dans leur périple. J’ai aimé le fait que certains personnages de passage deviennent beaucoup plus centraux dans ce tome et aussi le fait qu’il y en a encore de nouveaux qui rejoignent la révolte. C’est ce qui a contribué à enrichir le roman.

La troupe de la rébellion est très diverse de par les personnalités et les capacités de ses membres. Leur quête rend l’intrigue attractive et rend ce roman plein de rebondissements et de révélations même si au final on en sait encore très peu sur la façon dont il va être possible de vaincre Maldor.

La fin nous révèle que le dernier tome sera plus complexe mais je ne peux en dire plus. En tout cas ce qui est certain, c’est qu’en révélant un peu de ce qui va se passer dans le prochain tome, elle laisse une touche de suspense non négligeable et surtout, donne très envie de savoir comment tout ça va se passer et se finir pour de bon.

Pour conclure, c’est un deuxième tome plein d’actions et de rebondissements que nous a réservé Brandon Mull. Il est beaucoup plus définit que le précédant et surtout, l’auteur réussit à de continuer à nous surprendre. Un livre qu’on ne peut que dévorer et dans lequel on ne peut que se plonger avec bonheur. Mon coup de cœur se confirme pour cette trilogie et bien qu’ayant hâte de découvrir la suite, j’appréhende sa fin.

coup-de-coeur

La Peau des Rêves Tome 3 : Les Chimères de l’Aube de Charlotte Bousquet

Écrit par Charlotte Bousquet • Paru en Novembre 2012

240 pages

Anja, mutante vivant dans les bas-fonds de Berlin, sauve la vie d’un jeune homme. Croyant reconnaître Rain, étoile montante d’Ishtar, elle décide de tout abandonner pour le retrouver. Mais Rain n’est pas celui qu’elle a sauvé, c’est un homme sans coeur qui ne croit qu’au pouvoir et n’a pas hésité à tuer pour se l’approprier. Anja ouvrira-t-elle les yeux à temps ?

« Les chimères de l’aube » de Charlotte Bousquet est le troisième tome de la saga « La peau des Rêves ». Dans ce tome, Najma commence une nouvelle histoire après la fin de la précédente. Elle n’a pas le choix et ne peut pas empêcher son don de fonctionner quand on lui demande de conter un de ses tatouages. Dans cette nouvelle histoire, on rencontre Anja, une Mutante mi-humaine, mi-sirène. Sur un coup de tête, suite à la menace d’un autre mutant, elle part se réfugier dans la Spree et lors de son escapade, elle sauve un Mens dont elle tombe amoureuse. Or il fait partis du clan ennemi du sien et elle n’est qu’une Mutante, être que les Hommes haïssent …

C’est avec une grande impatience que j’attendais de retrouver cette série dont j’avais tant apprécié le tome précédant. La plume de l’auteure est toujours aussi plaisante dans ce tome et bien qu’ayant passé de bons moments avec ce livre, à la fin j’en ressors un peu déçue car après mon coup de cœur précédant, je m’attendais à mieux. Bien que ce roman soit très intéressant, j’ai été un peu moins conquise par cette nouvelle histoire contée par Najma que par la précédente.

Ce tome est bien sur le commencement d’une nouvelle histoire mais aussi la suite de celle qui guide chaque tome : celle de Najma, capturée par le clan d’Itzan. Concernant l’histoire directrice, je trouve qu’elle avance très peu avec chaque tome. J’ai tellement envie d’en savoir plus qu’à force je suis un peu frustrée que ça ne prenne que quelques chapitres par rapport à l’ensemble du reste qui raconte les histoires qu’elle conte.

La nouvelle histoire que Najma nous raconte est assez différente de la précédente. Et bien qu’elle ne soit pas terminée dans ce tome, je peux déjà dire qu’elle me plait un peu moins même si elle reste tout de même très captivante. J’attends de voir le prochain tome pour confirmer ce ressentit.

Anja, personnage principal de cette « histoire dans l’histoire » est quelqu’un de très touchante car complexée par sa mutation. Elle est à la fois épanouie quand elle nage dans la Spree et honteuse de sa différence à cause de laquelle elle n’a jamais vraiment eu l’occasion d’aimer et d’être aimée en retour. Ce complexe à une place très importante dans l’histoire.

Il est très difficile de ne pas trop en révéler mais tout ce que je peux vous dire sans gâcher le suspense, c’est que cette histoire qui au départ parait somme toute banale se révèle à partir du milieu très dure pour la sirène. Il s’en dégage une sorte d’onde négative où la peur, la soumission et le désespoir sont rois. Je ne m’attendais pas à ça et les comportements de certains personnages qui me semblaient sincères ont aidés à rendre certains évènements non attendus.

L’histoire est donc plutôt imprévisible même si on se doute que les actes désespérés et irraisonnables d’Anja vont lui jouer des tours car son désir d’être une Humaine à part entière et de rejeter sa différence est intense, je ne m’attendais vraiment pas à ça.

Il n’y a pas beaucoup d’actions dans ce tome et je crois que c’est-ce qui m’a principalement manqué. Bien que l’histoire soit prenante, j’aurais préféré un roman au rythme un peu plus soutenu. A la fin de ce tome, je comprends que l’histoire d’Anja n’est pas terminée et je pense que la fin de son histoire sera plus vivante et « combative » que la première partie de son histoire. Affaire à suivre donc !

Pour conclure, ce nouveau tome est un peu plus lent que les précédents. Ce fut une très bonne lecture mais il m’a manqué un peu d’action et de suspense et surtout je regrette que la trame de base du roman soit aussi longue à se révéler au lecteur. Malgré ça, grâce à une histoire poignante et à un personnage principal attachant, je continue d’apprécier cette série et j’attends beaucoup du prochain tome !

bonne-lecture

Merci aux éditions l’Archipel pour me permettre de continuer de découvrir cette saga.

Phaenix Tome 1 de Carina Rozenfeld

Écrit par Carina Rozenfeld • Paru en 2012

450 pages

Elle a 18 ans, il en a 20. À eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel…

Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes soeurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…

Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours…

« Les cendres de l’oubli » est le premier tome de la nouvelle série « Phaenix » écrite par Carina Rozenfeld et publiée par la Collection R. Le mythe du Phaenix qui renaît de ses cendres est ici revisité et modernisé. A bientôt 18 ans, Anaïa entre à la fac dans le sud de la France où ses parents viennent d’emménager. Une nouvelle vie, celle d’étudiante, mais surtout un nouveau chez elle loin de ses amis de lycée. Entre une rentrée pleine de surprise, des mystères autour de deux garçons de sa fac et des rêves étranges, Anaïa est bouleversée …

Étant moi aussi élève à la fac depuis septembre, j’ai tout de suite voulu lire ce livre, pensant que j’allais facilement m’identifier au personnage principal et finalement ça n’a pas raté. En effet, à travers la rentrée scolaire d’Anaïa dans cet univers nouveau j’ai revécu ma propre rentrée qui avait eu lieu seulement quelques semaines avant ma lecture. Par ce début très prometteur car totalement réaliste et authentique je me suis accrochée à l’histoire très rapidement. Ce passage est tellement bien retranscrit qu’on croirait presque que l’auteur à fait sa rentrée elle aussi avec Anaïa. Si je prend ce passage en particulier, c’est pour illustrer la plupart des passages du livres car ils m’ont tous semblé tellement vécu et vrais qu’on ne peut qu’apprécier leur lecture !

Le fantastique du roman m’est donc apparu de façon très naturelle puisque à de nombreux passages on s’y croirait vraiment. J’avais l’impression que c’était moi qui vivait à la place d’Anaïa, à tel point que j’ai été aspirée dans ce livre et que je n’ai pas pu m’arrêter de lire avant la fin de l’histoire. Du coup, je ne l’ai lu qu’en une journée. C’est bien simple dès que j’essayais d’arrêter ma lecture je pensais à l’histoire et je voulais toujours en savoir plus alors je ne me suis tout simplement pas arrêtée.

Un autre point que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c’est la façon dont certains passages peuvent nous donner des certitudes sur la suite de l’histoire et finalement petit à petit ces certitudes sont révoquées et d’autres nous viennent à l’esprit. C’est assez difficile à expliquer mais pour résumer, bien que le lecteur a toujours sa petite idée sur la suite et une fin probable, il est totalement impossible d’être sur à cent pour cent de notre ressentit puisqu’il y a toujours de nouveaux éléments qui font que finalement, tout peu changer et le doute s’installe, ce qui crée un suspense assez insoutenable !

Comme je l’ai déjà dit précédemment, je me suis rapidement attachée à Anaïa mais pas tellement aux autres personnages ce que je trouve dommage. L’accent est pour moi trop porté sur elle et non sur les autres. Bien que deux garçons soient le centre de l’énigme avec elle, j’ai trouvé qu’on ne se rattachait pas spécialement à l’un d’eux. Personnellement je me méfie autant de l’un que de l’autre pour la suite des événements. Évidement ce coté est nécessaire à l’intrigue mais il faut avouer que ça m’a un peu déstabilisée, surtout à la fin du roman.

En bref, ce livre débute la série de façon très prometteuse. Il m’a manqué une petite étincelle pour qu’il s’agisse d’un coup de cœur mais j’ai quand même énormément apprécié ma lecture. L’histoire est vraiment intéressante, ce n’est pas du déjà vu ce qui ne peut qu’apporter un souffle de nouveauté à vos lectures. Évidement, je le recommande, et j’attends la suite avec impatience. Peut être trouverais-je dans le tome suivant cette flamme qui embrasera mon cœur de lectrice ?

Merci à la Collection R pour ce nouveau partenariat.

Les Perles d’Endore de Valentine Hortelan

Écrit par Valentine Hortelan • Paru en Avril 2011

450 pages


L’Aldorenne est en danger. Les dix perles d’Endore qui maintenaient les démons enfermés sont sur le point d’être rassemblées. Tohaya a quinze ans lorsqu’un étrange vieil homme lui révèle ce qui va à jamais changer sa vie : elle détient la dernière perle, le dernier espoir de sauver son monde. La jeune fille endosse la terrible responsabilité de la protéger, mais elle est loin de se douter de ce qui l’attend…

« Les Perles d’Endore » de Valentine Hortelan est un roman fantasy se déroulant en Aldorenne, un monde différent du notre. Ce monde est séparé en plusieurs continents : celui des hommes, celui des nains, celui des elfes mais également celui des démons. Jadis dix façonneurs d’étoiles vainquirent les démons grâce aux perles d’Endore mais celle-ci ne doivent dorénavant en aucun cas être toute réunies car ça représenterais la perte de l’Aldorenne. Une chose est sur, seul subsiste celle de Tohaya éloignée des autres mais elle ne sait pas encore que les légendes qu’elle a apprise étant enfant sont en fait une réalité et que c’est de son destin que dépend son monde …

Ce livre m’attirait beaucoup de par sa couverture sombre et mystérieuse mais aussi par sa quatrième de couverture qui annonçait un livre fantasy comme je les aime ! Malheureusement, au début de ma lecture, je n’ai pas été conquise. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais il y avait quelque chose qui ne passait pas entre moi et ce livre. Peut être un sentiment de déjà vu et la peur de lire un livre qui au premier abord ne correspondait pas à mes attentes suite à la lecture de la quatrième de couverture. Je ne le saurais jamais mais je trouve dommage d’avoir ressentit ça au début de ma lecture puisque ensuite, une fois le déclic passé, j’ai adoré cette histoire !

Passé la phase où l’auteure nous pose les bases du récit, le déclic s’est produit et jusqu’à la fin j’ai adoré cette histoire qui finalement était à la hauteur de mes espérances. Et pour ne rien vous cacher je l’ai même dévoré jusqu’à la fin et en peu de fois car à chaque moment de lecture je n’arrivais plus à m’arrêter, tellement le suspense était insoutenable. Ce que j’ai surtout apprécié c’est le fait qu’on en apprend petit à petit tout au long du roman donc on est souvent surpris par les révélations auxquelles on fait face c’est beaucoup mieux que de presque tout savoir dès le début puisque ça laisse planer des doutes, des questions, des mystères.

Concernant l’histoire, elle est bien construite et je n’ai eu aucun souci de compréhension. J’ai été impressionnée par la complexité de celle-ci car jusqu’à la dernière ligne l’auteur arrive à nous surprendre ! Ce que j’ai aussi beaucoup aimé c’est le fait que vers la fin, certains points évoqués au début du livre qui semblaient sans importance se révèlent finalement déterminants. De même, il est arrivé que certaines réactions, certains comportements des personnages au début étaient en réalité révélateurs et on les comprend à la fin. J’aime beaucoup ce lien entre le commencement de l’histoire et sa fin.

Concernant les personnages, je les ai trouvés bien travaillé et leurs liens sont bien définis. Tohaya grandis et apprends beaucoup de ses épreuves à un tel point qu’on a presque l’impression qu’elle a grandis de plusieurs années entre le début et la fin du livre. Seulement, tout parait très crédible car son évolution se fait progressivement et elle rencontre des difficultés. J’ai apprécié d’avoir une héroïne qui n’est pas invincible et qui possède des faiblesses comme tout le monde. Les autres personnages ont également une part de mystère appréciable qui relève le suspense de l’histoire.

Par contre, un point que j’ai moins apprécié mais qui n’a rien à voir avec l’histoire c’est les quelques fautes qu’on trouve par ci par là dans le roman, ça m’a dérangé parce que ça gâche un peu le contenu de trouver des fautes aussi flagrantes. Ce n’est qu’occasionnel mais il fallait quand même que je le précise puisque ça m’a fait tiquer à plusieurs reprises.

La fin de ce roman m’a vraiment épatée et m’a fait oublier le décrochage du début du roman. Très complète, elle permet de finir le roman en beauté et nous marque, même quelques jours après la lecture. Les dernières révélations sont les plus percutantes et l’action va à cent à l’heure. J’étais complètement scotchée au livre !

Pour conclure, ce roman malgré un début laborieux à su me convaincre et à conquis mon cœur de lectrice. Les mots me manquent pour traduire l’effet qu’il a eu sur moi tellement il m’a marqué. Bien construit et surtout très probant, ce roman pourra convaincre les amateurs de fantasy tout comme les autres lecteurs.

Coup de coeur

Merci aux Éditions Persée pour ce premier partenariat très prometteur.

Les Cités des Anciens Tome 3 La Fureur du Fleuve de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Juin 2012

350 pages

Dans ce troisième volume, les tensions se nouent et s’accentuent.
Graffe prétend plus que jamais régenter le groupe et se heurte à la révolte de Thymara, qui n’accepte pas qu’on lui dicte sa conduite ; Sédric, après avoir volé le sang du petit dragon cuivré, tombe malade et constate avec effroi d’étranges modifications chez lui ; Leftrin découvre enfin l’agent de son maître-chanteur et se trouve désormais face à un choix terrible ; et Mise doit, elle aussi, décider entre son amour pour le capitaine et sa vie de femme mariée.

« La Fureur du Fleuve » est le troisième tome de la série « Les Cités des Anciens » de Robin Hobb. Dans ce livre, nous continuons les aventures des gardiens, des dragons, de l’équipage du Mataf et d’Alise. Chacun vaque à ses occupations habituelles sans se douter qu’il y a tout un tas d’affaires cachées au sein même de ce groupe qui paraissait si uni. Sédric continue son trafic, ce qui lui joue des tours. Le capitaine Leftrin quant à lui découvre qu’un membre de son équipage tient à le faire chanter et doit faire des choix par amour et par fierté et Alise quant à elle s’émancipe toujours plus, étant sur la bonne voie pour devenir une aventurière. Quand l’univers des eaux acides joue des tours à nos protagonistes, l’histoire peut continuer …

Ce tome est sans conteste la continuité de cette série que j’adore. L’ambiance reste la même : des lieux inaccueillants et pourtant une intrigue complexe qui vous tiens en haleine sans pour autant multiplier les actions, avec Robin Hobb, tout est dans la finesse des complots, des non-dits et des pensées des personnages quand ils se retrouvent face à eux même et à leurs choix.

Comme je l’avais certainement déjà dit dans l’un de mes précédents avis sur les autres tomes, les personnages sont vraiment l’atout de cette série. Leur évolution au fil des tomes est flagrante mais tout reste très naturel et possible car les changements s’opèrent au fil des pages et selon les péripéties auxquelles ceux-ci sont confrontés

Dans ce tome, j’ai apprécié de retrouver l’Alise simple et un peu naïve des autres livres, mais surtout son évolution. Elle devient une battante et une « presque » vraie aventurière. Je trouve son évolution judicieuse car Alise n’en devient que plus attachante.

Ensuite, j’ai retrouvé un certain attachement à Sédric, perdus dans le tome deux à cause de ses actes que je ne cautionnais pas. A présent, même si je ne réussis toujours pas à le porter dans mon cœur, je me rends compte que ce tome et surtout la fin lui rend un peu de son allure.

En ce qui concerne les gardiens, leurs personnalités mais surtout leurs mœurs évoluent et ce aux dépend de Thymara qui perd ses repères. Elle ne sait pas si elle doit continuer à vivre avec les lois qui lui ont été apprises à sa naissance ou si elle doit, comme les autres, revendiquer ses droits en tant qu’humaine.

Le style de l’auteure est toujours aussi prenant et envoutant, ce n’est pourtant pas un petit livre et je n’ai pas pour habitude de lire vite et pourtant je l’ai dévoré en très peu de temps. Je suis encore une fois émerveillée par cette prestance de l’auteur dans les mots qu’elle utilise. Tout est fluide et tellement naturel qu’on ne voit pas les pages défiler, je crois que c’est l’atout le plus envoutant de ce livre et de cette auteure.

La fin de ce tome annonce de grands changements pour les suivants car la situation est modifiée du tout au tout, suite à un grand bouleversement. Le suspense de cette fin était tellement insupportable, que j’ai finis les 150 dernières pages du roman d’une traite, sans pouvoir m’arrêter. C’est sans contexte les pages que j’ai le plus appréciées de ce tome même si elles m’ont laissé entrevoir un léger défaut à ce tome : en effet, bien que pleine de rebondissements, cette fin m’a laissée sur ma faim ! C’est pourquoi j’attends le prochain tome avec une impatience que je peux difficilement cacher.

Pour conclure, c’est avec bonheur que j’ai retrouvé l’équipée de ce livre durant ma lecture que j’ai trouvé beaucoup trop courte à mon gout ! Les personnages évoluent, on se rapproche de plus en plus d’eux. Chaque action à son importance dans ce roman et tout est lié avec merveille. La fin me laisse un gout de trop peu, j’en aurais voulu encore plus mais pour cela il me suffit juste d’attendre le prochain tome. Inutile de préciser que mon coup de cœur pour cette série a continué avec ce tome !

coup-de-coeur

Merci aux Éditions J’ai lu pour ce partenariat et au forum Mort Sure de Lecture.