La Peau des Rèves tome 4 : L’aube des cendres de Charlotte Bousquet

Écrit par Charlotte Bousquet • Paru en Avril 2013

240 pages

Anja, la sirène, a découvert un peu tard la nature maléfique de Rain, son amant. Grièvement blessée, elle est sauvée de justesse par Lorelei, la fiancée de celui-ci. Toutes deux découvrent rapidement qu’une seule personne est capable d’arrêter ce monstre : Milan, son jumeau disparu. Car Rain, de plus en plus puissant, étend son emprise sur le clan d’Ishtar. Bientôt, cela ne suffira plus à étancher sa soif de puissance. Il lui faudra plus d’esclaves, plus de conquêtes – y compris parmi ses alliés. Pendant que Lorelei reste auprès de Rain, dont la folie ne cesse de croître, Anja, rongée par un mal qui l’affaiblit de jour en jour, se lance sur les traces de Milan, celui qu’elle a sauvé. Encore faudra-t-il, si elle le retrouve, le persuader d’affronter une nouvelle fois son frère…

« L’aube des cendres » de Charlotte Bousquet est le quatrième tome de la saga « La peau des Rêves ». Nous y retrouvons la trame principale avec Najma la conteuse et l’histoire de la sirène Anja qui n’avait pas encore été terminée. Aidée par Will, l’un des gardes de Lorelei, celle-ci va devoir, malgré le mal qui la ronge, retrouver le frère jumeau de Rain : Milan, dans l’espoir de sauver Lorelei de ses griffes et de montrer à tous la vrai nature de Rain.

Dans cette suite, j’ai aimé retrouver aussi bien la trame principale que l’histoire d’Anja contée par Najma. Même si j’avais un peu moins apprécié le récit de Najma par rapport au précédent, j’ai quand même eu un réel plaisir de reprendre l’histoire là ou elle avait été laissée.

J’ai particulièrement apprécié les personnages de ce tome. J’ai trouvé que ceux que l’on connaissait déjà ont été plus travaillés que dans le tome précédent. Ainsi, j’ai pu d’avantage apprendre à les connaître, notamment Lorelei, un personnage que j’ai pu d’avantage comprendre et auquel j’ai pu beaucoup plus m’attacher.

Le petit plus de ce livre c’est qu’on peut vivre l’histoire selon les différents points de vue de certains personnages principaux. Ce qui permet au lecteur de se rapprocher des personnages et de leurs ressentis.

L’histoire quant à elle est toujours très profonde au niveau de l’ambiance. De nombreux thèmes font partie prenante de l’intrigue tels que l’amour, l’amitié mais aussi la haine et la vengeance. Les sentiments, les ressentis sont assez intenses et rendent l’histoire attachante.

Cependant, malgré ses points positifs, je dois quand même avouer avoir été encore une fois déçue par la trame de l’histoire qui manque d’intensité, notamment dans les actions. Bien que l’histoire soit quand même prenante j’ai eu quelques coup de mou dans ma lecture car à certains moments le suspense me manquait pour me motiver à terminer ma lecture.

Je suis également encore déçue par le peu d’informations concernant la trame principale. Comme pour les tomes précédents, ce sont les récits qui sont privilégiés et prennent une bonne partie du nombre de pages, mais j’aurais quand même apprécié plus de détails concernant Najma. Au bout du quatrième et finalement dernier tome (n’y avait il pas un cinquième tome à la base ?), on n’a qu’une envie : savoir où va en venir l’auteur et conclure l’histoire. Ici, j’avoue que ce n’est pas vraiment réussit, l’histoire et sa conclusion restent encore très flous pour moi.

Pour conclure, mon intérêt moins important pour cette seconde histoire à fait que j’ai beaucoup moins accroché à ce tome qu’aux deux premiers. Certains défauts et surtout un manque d’aboutissement de l’intrigue de Najma ont eu raison de mon enthousiasme notamment en fin de lecture. Je me rappellerais toutefois des quelques points positifs qui ont réussis à équilibrer mon avis.

Un livre qu'on oublie vite

La Peau des Rêves Tome 3 : Les Chimères de l’Aube de Charlotte Bousquet

Écrit par Charlotte Bousquet • Paru en Novembre 2012

240 pages

Anja, mutante vivant dans les bas-fonds de Berlin, sauve la vie d’un jeune homme. Croyant reconnaître Rain, étoile montante d’Ishtar, elle décide de tout abandonner pour le retrouver. Mais Rain n’est pas celui qu’elle a sauvé, c’est un homme sans coeur qui ne croit qu’au pouvoir et n’a pas hésité à tuer pour se l’approprier. Anja ouvrira-t-elle les yeux à temps ?

« Les chimères de l’aube » de Charlotte Bousquet est le troisième tome de la saga « La peau des Rêves ». Dans ce tome, Najma commence une nouvelle histoire après la fin de la précédente. Elle n’a pas le choix et ne peut pas empêcher son don de fonctionner quand on lui demande de conter un de ses tatouages. Dans cette nouvelle histoire, on rencontre Anja, une Mutante mi-humaine, mi-sirène. Sur un coup de tête, suite à la menace d’un autre mutant, elle part se réfugier dans la Spree et lors de son escapade, elle sauve un Mens dont elle tombe amoureuse. Or il fait partis du clan ennemi du sien et elle n’est qu’une Mutante, être que les Hommes haïssent …

C’est avec une grande impatience que j’attendais de retrouver cette série dont j’avais tant apprécié le tome précédant. La plume de l’auteure est toujours aussi plaisante dans ce tome et bien qu’ayant passé de bons moments avec ce livre, à la fin j’en ressors un peu déçue car après mon coup de cœur précédant, je m’attendais à mieux. Bien que ce roman soit très intéressant, j’ai été un peu moins conquise par cette nouvelle histoire contée par Najma que par la précédente.

Ce tome est bien sur le commencement d’une nouvelle histoire mais aussi la suite de celle qui guide chaque tome : celle de Najma, capturée par le clan d’Itzan. Concernant l’histoire directrice, je trouve qu’elle avance très peu avec chaque tome. J’ai tellement envie d’en savoir plus qu’à force je suis un peu frustrée que ça ne prenne que quelques chapitres par rapport à l’ensemble du reste qui raconte les histoires qu’elle conte.

La nouvelle histoire que Najma nous raconte est assez différente de la précédente. Et bien qu’elle ne soit pas terminée dans ce tome, je peux déjà dire qu’elle me plait un peu moins même si elle reste tout de même très captivante. J’attends de voir le prochain tome pour confirmer ce ressentit.

Anja, personnage principal de cette « histoire dans l’histoire » est quelqu’un de très touchante car complexée par sa mutation. Elle est à la fois épanouie quand elle nage dans la Spree et honteuse de sa différence à cause de laquelle elle n’a jamais vraiment eu l’occasion d’aimer et d’être aimée en retour. Ce complexe à une place très importante dans l’histoire.

Il est très difficile de ne pas trop en révéler mais tout ce que je peux vous dire sans gâcher le suspense, c’est que cette histoire qui au départ parait somme toute banale se révèle à partir du milieu très dure pour la sirène. Il s’en dégage une sorte d’onde négative où la peur, la soumission et le désespoir sont rois. Je ne m’attendais pas à ça et les comportements de certains personnages qui me semblaient sincères ont aidés à rendre certains évènements non attendus.

L’histoire est donc plutôt imprévisible même si on se doute que les actes désespérés et irraisonnables d’Anja vont lui jouer des tours car son désir d’être une Humaine à part entière et de rejeter sa différence est intense, je ne m’attendais vraiment pas à ça.

Il n’y a pas beaucoup d’actions dans ce tome et je crois que c’est-ce qui m’a principalement manqué. Bien que l’histoire soit prenante, j’aurais préféré un roman au rythme un peu plus soutenu. A la fin de ce tome, je comprends que l’histoire d’Anja n’est pas terminée et je pense que la fin de son histoire sera plus vivante et « combative » que la première partie de son histoire. Affaire à suivre donc !

Pour conclure, ce nouveau tome est un peu plus lent que les précédents. Ce fut une très bonne lecture mais il m’a manqué un peu d’action et de suspense et surtout je regrette que la trame de base du roman soit aussi longue à se révéler au lecteur. Malgré ça, grâce à une histoire poignante et à un personnage principal attachant, je continue d’apprécier cette série et j’attends beaucoup du prochain tome !

bonne-lecture

Merci aux éditions l’Archipel pour me permettre de continuer de découvrir cette saga.

Le Briseur d’Ames de Sebastian Fitzek

Écrit par Sebastian Fitzek • Paru en 2012

267 pages

Un psychopathe sévit dans les environs de Berlin. Lorsque la police retrouve ses victimes, ces dernières sont vivantes, n’ont subi aucun sévice, mais se trouvent prostrées dans un état végétatif, psychologiquement anéanties, comme privées de conscience…
D’où le surnom que lui a donné la presse : le briseur d’âmes. Quelles tortures mentales a-t-il infligé à ses proies ? Et pourquoi laisse-t-il dans leur main une phrase énigmatique ?
Caspar, un amnésique d’une quarantaine d’années interné dans une clinique psychiatrique de luxe, n’aurait jamais imaginé croiser le chemin du psychopathe.
Et pourtant, en cette veille de Noël, alors qu’au-dehors une tempête de neige fait rage, lui, le personnel médical et quelques patients se ret rouvent enfermés dans la clinique, coupés du monde… avec le briseur d’âmes. Et, cette fois, il tue !

« Le Briseur d’Ames » est un thriller écrit par Sebastian Fitzek et publié aux éditions l’Archipel. L’histoire se déroule dans une clinique spécialisée et est raconté par un amnésique. Comme il ne se rappelle pas de son nom, le personnel l’a surnommé Caspar. Cette même clinique est d’ailleurs le témoin d’un drame. Un psychopathe qui sévit depuis déjà quelques temps aux alentours de Berlin, surnommé le Briseur d’Ames, à réussit à infiltrer la clinique. Les patients et le personnel se retrouvent enfermés avec ce malade, ils sont en danger de mort …

Je ne suis pas une habituée des thrillers mais quand j’ai vu la couverture et que j’ai lu le résumé, je n’ai pas hésité, j’ai accepté de le chroniquer pour la maison d’édition. Il fallait que je le lise ! Le suspense commence dès la lecture de ces quelques lignes et la couverture, plus qu’intrigante y est aussi pour beaucoup.

Le début de ma lecture m’a énormément interpellée. En haut du premier chapitre, il est écrit « 71 jours avant la Peur ». Tout de suite, mon esprit est complètement sans dessus dessous. Qu’est-ce que la Peur signifie ? J’en ai aussitôt des frissons à la lecture des premières pages du roman. Puis l’incompréhension s’installe jusqu’à ce qu’on passe à une autre période « Aujourd’hui ». On est encore dans l’incompréhension du premier « chapitre » quand ce changement de cadre spatio-temporel intervient. En effet, nous comprenons que nous avons dans les mains LE dossier médical que des étudiants s’apprêtent à lire pour une expérience psychologique qui apparait dangereuse. A ce moment précis, l’adrénaline commence à monter. On se pose tout un tas de questions : Comment ? Pourquoi ? Qui ? Et dès ce moment là, j’ai su que je n’arriverais pas à décrocher de ma lecture…

En un mot, ce livre est palpitant ! L’intrigue est juste incroyablement bien ficelée. A aucun moment on ne peut se douter du dénouement et pourtant à la fin, on se rend compte qu’il y avait des indices très bien cachés dans le livre. Le suspense, n’en parlons même pas, encore une fois un énorme point positif puisque le livre vous tient en haleine tout au long de l’histoire. Pour tout vous dire je l’ai lu en seulement deux « fois » et pendant une période très rapprochée de 48h !

Les personnages tiennent une part très importante dans le roman et chacun à son rôle à jouer dans le récit. Pour éviter de spoiler le livre, je vais donc éviter de trop m’exprimer sur eux. Caspar tout d’abord, c’est un personnage à qui on s’attache beaucoup, premièrement car il s’agit du narrateur de l’histoire mais aussi car son amnésie le rend vulnérable. Il ne sait pas son nom, s’il a de la famille, où il habite, en résumé il ne se rappelle de rien. Sophia, son médecin, se rapproche beaucoup de ce patient et essaye à tout prix de l’aider même si elle doit parfois désobéir au directeur de la clinique qui ne veux pas aller trop vite avec ce patient fragile. Mais ce ne sont pas les seuls personnages, il y a le concierge, une autre infirmières, des patients … Ils sont nombreux, ce qui rend le livre très panaché, un gros point fort qui n’a pas du faciliter le travail de l’auteur pour tous les incorporer dans l’intrigue.

Le style de l’auteur est vraiment très prenant. J’avoue qu’à des moments j’ai vraiment eu plus que des frissons, j’avais la chair de poule et même surtout à la fin, j’étais complètement effrayée. L’auteur nous fait très bien ressentir les émotions des personnages, si bien que nous aussi nous sommes dans le doute, nous avons peur avec eux et surtout avec Caspar, le narrateur.

Mon moment préféré à sans aucun doute été la fin de l’histoire et son dénouement. C’est la que les presque 300 pages du roman se révèlent réellement. La façon dont l’auteur à su traiter cette fin est incroyablement réussie et toutes mes questions ont trouvé des réponses. Même après la dernière ligne, j’étais toute chamboulée par ce que je venais de lire, il m’a fallu un certain temps pour décrocher … Comme l’auteur à pris soin d’écrire en se documentant sur la psychologie, tout nous parait plus que réel, c’est pour ça qu’on a du mal à sortir du livre. Sebastian Fitzek nous laisse d’ailleurs une dernière énigme à la fin de l’histoire que je n’ai toujours pas réussis à résoudre bien qu’il nous donne un indice.

Pour conclure, ce livre à tous les atouts d’un bon triller. Action, intrigue, émotions : tout est traité à merveille pour rendre ce livre passionnant. Le style de l’auteur est fait pour ce genre littéraire ! Je le recommande à tous, c’est un livre à lire, que vous aimiez les thrillers ou non. La preuve, je ne suis pas une amatrice du genre et pourtant, c’est un coup de cœur incontestable.

Coup de coeur

Je remercie les Éditions l’Archipel pour cette époustouflante découverte !

La Peau des Rêves Tome 1 : Nuit Tatouée de Charlotte Bousquet

Écrit par Charlotte Bousquet • Paru en Octobre 2011

230 pages

Dans les ruines de la Sagrada Familia, Najma, une gitane aux pouvoirs mystérieux, est prisonnière du clan d’Itzan. Pour gagner du temps et retarder son exécution, elle utilise la magie de ses tatouages et raconte des histoires qui prennent vie. Mais qui est-elle ? Pourquoi usurpe-t-elle la place de la véritable cible, Ximena, la fille de l’ennemi juré d’Itzan et des siens ? Les chimères découvriront-elles sa supercherie ?

Tome 1 : Nuit tatouée

Installé dans un ancien théâtre en ruine, le clan du Passage règne sans partage sur le quartier et combat les chimères qui osent s’y aventurer. Cléo, adolescente ombrageuse, voit ses certitudes voler en éclats lors d’un affrontement avec un hybride qui porte sur son poignet untatouage qui lui est étrangement familier. Hantée par de terribles visions, Cléo n’aura de cesse de retrouver son mystérieux adversaire. Au cours de sa quête, elle devra affronter la haine, la trahison mais surtout son propre désir pour le ténébreux Axel, une chimère ailée …

« Nuit Tatouée » de Charlotte Bousquet est le Premier Tome de la série La peau des Rêves publiée aux Editions L’archipel dans la collection Galapagos. Nous y rencontrons Najma une femme à la peau tatouée, capturée par les Chimères d’Itzan. Une enfant-chat lui demande de raconter l’histoire d’un de ses tatouages : un dragon. Najma lui raconte alors la vie de Cléo, jeune orpheline recueillie par le Clan du Passage. Elle possède le même tatouage, et celui-ci va bouleverser son existence et ses croyances …

Le livre commence par une brève description des personnages, selon leur Clan, puis par un petit lexique, nous expliquant la signification de certains mots inventés par l’auteur pour le roman. Un avant-goût de l’histoire très pratique pour nous permettre de nous plonger dans le récit sans se poser de questions.

L’histoire débute par un prologue posant les bases de l’histoire, j’ai tout de suite adhéré à ce monde et à ses créatures étranges et hors du commun. Je l’ai trouvé vraiment époustouflant surtout les cinq dernières phrases qui nous donnent le ton de l’histoire à suivre. Puis vient la fin de ce chapitre introductif, l’histoire de Cléo peut enfin commencer.

Après un avant-gout aussi prometteur, je m’attendais à me plonger aisément dans le roman mais finalement ça n’a pas été aussi facile que je le pensais. Les premiers chapitres m’ont plu mais j’avais du mal à accrocher, j’étais un peu déçue car ma lecture avait tellement bien commencé que c’en était très déroutant. Je n’arrivais pas vraiment à me représenter tous les lieux, si différents de ceux qu’on connaît de nos jours et ça m’a un peu freinée dans ma lecture. J’étais donc encore plus motivée à lire ce roman, bien déterminée à retrouver l’engouement du prologue. Ma motivation à payé, au bout de quelques chapitres seulement, j’ai réussis à me replonger complètement dans l’histoire et à vite oublier ce petit incident de passage !

Avec l’habitude, j’ai donc réussis à visualiser les différents lieux du roman et à m’accrocher aux personnages et à l’intrigue. Charlotte Bousquet nous transporte dans une ville complètement détruite et ravagée par un énorme Cataclysme. Des lieux sombres pour une intrigue tout aussi étrange et hors du commun. Tout débute par ce tatouage que Cléo possède au bras, un dragon qui l’inquiète autant qu’il parait la réconforter dans certains moments. De nombreux hybrides sont représentés par les multiples clans rencontrés dans le roman. Des Chimères, des Mens, des Chaines Brisées, des Dégénérés etc. …

Ce roman est donc très diversifié par ses personnages et par une histoire peu commune. De gros atouts qui nous font vibrer jusqu’à la fin. En effet, le fait est que ce livre nous conte deux histoires en une seule. Celle de Najma, capturée par le clan d’Itzan et celle qu’elle leur raconte : l’histoire de Cléo qui prend le plus d’importance dans ce roman. On ne sais pas grand-chose sur Najma, à part qu’elle est conteuse et possède ce don par ses ancêtres. J’espère pouvoir la découvrir plus profondément dans les autres tomes pour connaitre mieux son histoire et celle de son don.

Cléo quant à elle est une jeune fille courageuse et intrépide qui prend soin de sa sœur Tania, sa plus grande confidente. Elle a été adopté par le clan car ses parents ont été tués par des Chimères quand elle n’était encore qu’une enfant. Elle se réfugie dans les livres tels que Cyrano, Dom Juan pour échapper au malaise qui la tient : depuis quelques temps et sa rencontre avec une Chimère, elle ne se sent plus à sa place dans ce clan qui l’a élevée dans la haine de cette autre race. Elle ne supporte plus non plus l’amour que Tybalt lui porte et le rapport de possession qu’il lui offre. Sa vie est toute chamboulée et ses parents adoptifs, Marcus et Dora, refusent de lui expliquer la signification de ce tatouage.

Il se passe donc tout un tas de choses dans ce roman mais ce que j’ai par-dessus tout adoré c’est la fin, on se pose énormément de questions, on est surpris, on se sent aussi perdu que Cléo, le suspense est juste à vous couper le souffle, je ne regrette pas d’avoir le deuxième tome sous la main, ça va m’éviter de me torturer l’esprit plus longtemps pour connaitre la suite !

Pour conclure, malgré un début un peu difficile, ce roman m’a complètement conquise. Le style de l’auteur est agréable à lire, son intrigue bien ficelée et le personnage de Cléo est très attachant. Ce n’est pas un coup de cœur mais ce n’en est vraiment pas loin et j’en attends beaucoup de ce second tome car maintenant que je suis rentrée dans l’histoire, je ne vais plus pouvoir décrocher.

belle-decouverte

Je remercie donc les Éditions l’Archipel pour cette belle découverte !