La Symphonie des Abysses Tome 1 de Carina Rozenfeld

Écrit par Carina Rozenfeld • Paru en Février 2014

460 pages

Vous pensiez être au paradis ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise … Un mur infranchissable.

Il vous faudra d’abord vivre en enfer :
Article 1 : Tout contact physique, toute marque d’amour sont proscrits.
Article 2 : Il est interdit de chanter, d’écouter ou de faire de la musique.
Article 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.

Lire la suite

Publicités

Les filles au chocolat tome 3 1/2 : Coeur Salé de Cathy Cassidy

Écrit par Cathy Cassidy • Paru en Juillet 2013

100 pages

Je m’appelle : Shay Fletcher, Mon âge : 15 ans. Je suis : passionné de musique Mon style : bonnet mou et tee-shirts de surfeur. J’aime : Cherry Costello. Je rêve : de devenir chanteur professionnel. Mon problème : Cherry pense que je suis toujours amoureux de Honey, mon ex.

« Cœur Salé » est un entre deux tomes de la série des Filles au Chocolat écrite par Cathy Cassidy. Il se situe entre le troisième et la quatrième tome. Dans celui-ci, c’est Shay qui prend la parole en devenant le narrateur le temps de ce court roman. Cherry sa petite amie, croie qu’il aime encore son ex, leur relation tourne alors court sur un mal-entendu. Entre rêves brisés et espoirs il va tenter de redresser sa vie de cette mauvaise passe.

C’est avec grand plaisir que j’ai appris l’existence de cet entre deux tomes qui allait changer la narration, rôle d’habitude détenu tout à tour par les filles Tanberry-Costello. On change donc comme d’habitude de vision des choses mais encore plus ici car le narrateur est un garçon. J’ai beaucoup aimé cette idée de roman qui vient compléter à merveille les autres tomes de la série.

Comme toujours avec l’auteur je me suis vite mise dans l’histoire qui inclue à chaque tome des thèmes différents et pourtant très liés. Ici, l’amour, les rêves, l’avenir sont ceux qui sont mis en avant. Vous l’aurez donc compris, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et son intrigue.

Les personnages n’ont pas le temps de beaucoup évoluer mais ils restent à leur image, toujours aussi travaillés et attachants. Ce tome permet notamment de se rapprocher d’autant plus de Shay qu’on se rend compte ne pas connaître tant que ça avant cette lecture, nous permettant de connaître ses sentiments et ses rêves de façon plus authentique en les vivants à travers lui.

Ce tome est très court (tout juste une centaine de pages) donc tout se passe très vite et le processus de l’intrigue s’en retrouve rapidement exposé et tout aussi rapidement résolu. Un petit arrière goût de trop court pourrait se faire ressentir s’il ne s’agissait pas d’un tome bonus, mais quand on sait que ce n’est que du plus, on est quand même très content d’avoir pu lire ce tome additionnel.

Pour conclure, c’est une lecture à l’image des autres tomes de la série, simple mais efficace. Un bon petit moment de lecture avant d’entamer celle de Cœur Coco, qui permet de retrouver ces personnages toujours aussi attachants.

trc3a8s-bonne-lecture

Le Béton qui Coule dans nos Veines de Laurence Schaack et Goulven Hamel

Écrit par Laurence Schaack et Goulven Hamel • Paru en 2012

238 pages

1981, New York. Prince G, jeune graffeur au talent fou, s’engouffre dans un souterrain du métro avec ses bombes de peinture. Quelques instants plus tard, il meurt, renversé par une rame de metro. La police conclut au suicide. Mais, dix ans après, ses amis ne comprennent toujours pas les raisons de sa mort. Il est l’heure pour chacun de découvrir la vérité …

« Le Béton qui Coule dans nos Veines » est l’un des titres de la collection Backstage des Editions Nathan, écrit par Laurence Schaack et Goulven Hamel. Cette collection a pour thème les histoires en rapport avec la musique. Dans ce livre, le hip-hop est mis à l’honneur via l’histoire de Prince G, grapheur qui meurt dans un accident alors qu’il était en train de taguer sa dernière œuvre dans le tunnel d’un métro. Le livre nous raconte son histoire et plus particulièrement le vécu de ses amis quand, dix ans après sa mort, les souvenirs resurgissent …

Ce tome de la série dont je précise que les livres peuvent être lus totalement indépendamment les uns des autres est toujours aussi intéressant que ma précédente lecture de la série : « Au Nom du Père, du Fils et de John Lennon ». Cependant, dans celui-ci j’ai trouvé que la lecture était moins tournée sur des personnages qui ont existés, bien que des personnages réels soient inclus à l’histoire, comme ils sont moins connu de tous que les Beatles, on a l’impression que l’histoire est moins authentique et plus personnelle. En ce qui me concerne, ça ne m’a pas du tout dérangé, au contraire, puisque à la fin du livre, dans la partie « Pour en Savoir Plus » nous apprenons à mieux connaitre ces personnages qui n’étaient pas fictifs.

J’ai beaucoup aimé la façon dont à été écrit le livre. Je m’attendais à la même forme que le dernier tome que j’avais lu mais ce n’est pas du tout le cas. On voit que les auteurs on voulu varier les livres de leur série, ce qui pour moi est un gros point positif. En effet, dans ce tome, le personnage principal meurt au bout de seulement quelques pages et pourtant il reste présent tout au long de l’histoire. Il revit en quelque sorte à travers ses amis, sa famille, des gens qu’il a croisés dans sa vie …

C’est une histoire de la rue mais aussi une histoire mélancolique, elle nous montre que derrière ces tagueurs que certains haïssent, il y a des personnes dont la vie n’a pas toujours été rose. Le roman nous exprime, comment, après la mort, nous restons vivants dans le cœur de ceux qui ont croisé notre chemin. C’est un livre qui est, contrairement à ce qu’on pourrais croire, basé sur beaucoup d’émotions et de sentiments : le regret, la honte, la peur, le manque, la peine mais aussi la naissance et le bonheur d’une vie qui ne s’arrête pas mais qui continue malgré la perte d’un être cher.

Si il y a deux personnages qui m’ont marqués, ce sont Queen Divine et DJ Wild Blood. L’une était la moitié de Prince G et m’a beaucoup touchée, l’autre est un de ses amis qui nous montre à travers son bonheur nouveau et sa réussite que tout est possible. Les personnages de ce livre sont tous très agréable à « écouter ». Le seul souci que j’ai rencontré, c’est que je me mélangeai les pinceaux entre leurs pseudonymes assez spéciaux : D2B, 2Pac, DJ Wild Blood, Prince G … parfois même on avait leur vrai prénom ce qui m’embrouillais encore plus mais au final je m’en suis pas mal sortie. Ça n’a pas endommagé m’a compréhension.

Ce livre n’est pas vraiment constitué d’une intrigue à part entière, elle est assez implicite et c’est à la fin qu’on s’en rend vraiment compte. Là, on découvre le pourquoi du comment de toute l’histoire. Je n’aurais jamais imaginé ce qui nous ai révélé à la fin du livre, ce qui m’a beaucoup déroutée (mais positivement).

Pour finir, je souhaitais encore une fois féliciter les auteurs pour ces livres d’un genre nouveau et pour toute cette dernière partie du roman qui est une vraie mine d’informations. Mais je n’oublie pas de remercier également l’illustrateur pour les dessins qui rendent cette partie beaucoup plus attrayante.

En conclusion, ce second opus de la collection Backstage ne m’a pas déçue. J’ai même été agréablement surprise par la diversité entre les deux livres que j’ai lus de cette collection. Encore une fois, ce livre reste ludique et la forme valorise très bien son contenu.bonne-lecture

Merci aux éditions Nathan pour ce partenariat.

Au nom du Père, du Fils et de John Lennon de Laurence Schaack et Goulven Hamel

Écrit par Laurence Schaack et Goulven Hamel • Paru en février 2012

232 pages

Cornélius Caine, jeune aristocrate anglais bègue et névrosé, s’enfuit de son collège archi snob pour plonger dans la folie du « swinging London » des années 1960.
Fou amoureux de sa cousine Mélanie Sacher aussi jolie que délurée, il fréquente grâce à elle les stars du moment et les soirées branchées. Dans ce milieu interlope et extraverti, Cornélius passe pour un nigaud silencieux.
Et personne ne fait le lien entre lui et « Mephisto », le mystérieux chroniqueur qui raconte chaque semaine dans un célèbre quotidien, les folies de la vie nocturne et les coulisses de la scène pop…

« Au nom du Père du Fils et de John Lennon » est l’un des titres de la collection Backstage des Editions Nathan, écrit par Laurence Schaack et Goulven Hamel. Cette collection a pour thème les histoires en rapport avec la musique. Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Cornelius, un jeune homme vivant au Royaume Unis à l’époque des Sixties. Vous l’aurez donc certainement deviné, la Pop est le courant musical central du roman, ainsi que le groupe des Beatles.

Le roman possède cinq narrateurs qui racontent l’histoire à tour de rôle, parfois ils rapportent les mêmes évènements mais sous un point de vue différents mais la plupart du temps c’est plutôt linéaire. L’histoire se suit et chaque narrateur succède aux autres pour continuer le récit et ainsi de suite. J’ai beaucoup aimé cette façon de raconter l’histoire qui la rend plus variée et moins monotone. Je ne me suis jamais perdue dans les narrateurs car à chaque fois que celui-ci changeait, son prénom était écrit au dessus du texte.

Les cinq narrateurs sont donc les cinq personnages principaux. Il s’agit de Cornelius, de Theodora, sa grand-mère, d’Alice sa cousine, de Sally la meilleure amie et colocataire de sa cousine et de Chris, un jeune homme que rencontre Cornelius dans le premier chapitre et qui devient son ami.

Cornelius, le personnage central du roman est un jeune aristocrate qui au début du roman est scolarisé à Wellingborought dans un lycée privé très strict. Après avoir appris le décès de son père, il décide de ne pas y retourner et de vivre sa vie à Londres, en s’installant chez sa cousine. C’est un beau jeune homme mais il a un problème, il est bègue et ne peut donc pas aligner trois mots sans butter dessus. Les seuls moments où son problème disparait, c’est quand il chante. C’est d’ailleurs un grand fan des Beatles et de leur pop music.

Je me suis attaché à son caractère simple qui par moment devient rebelle. Son « handicap » le rend très peu sûr de lui. Il dit toujours qu’il n’est capable de rien car il se sous estime beaucoup. Il évolue énormément tout au long du roman et les personnes qui l’entourent n’y sont pas pour rien. Entre une grand-mère assez déjantée et sa cousine et sa colocataire, deux filles fun qui mènent la grande vie à Soho, sa vie est bien remplie et c’est sans compter sur sa passion pour le groupe des Beatles et en particulier John Lennon. Il aura d’ailleurs l’occasion de le connaitre dans le roman. Une rencontre qui va engendrer de nombreuses péripéties pour changer la vie de notre personnage principal.

L’histoire est somme toute assez basique, il n’y a pas vraiment d’intrigue ni de suspense. On vit juste la vie de Cornelius et les différentes aventures qu’elle lui réserve. J’ai trouvé que c’est un peu ce qui manquait à l’histoire, même si elle n’est pas plate, quelques moments de suspense auraient été les bienvenus.  J’ai adoré la fin, on doute presque que ce livre soit une fiction tellement les choses qui ont existé sont liées à notre personnage principal.

J’ai apprécié que le livre contienne des personnages réels, tel que Brian Epstein, le manager et agent des Beatles ou Neil Aspinall leur assistant. A la fin du roman, il y a une partie explicative qui nous précise les personnages réels pour les distinguer de ceux qui sont fictifs.

Pour finir sur cette dernière partie du livre, je l’ai trouvée très instructive. Elle complète très bien notre lecture avec une frise chronologique nous montrant les principaux évènements dans la carrière des Beatles allié à des faits « historiques ». Il y a aussi le descriptif des personnages réels du livre ainsi qu’une partie sur « Qu’est-ce que la Pop Music ? » et tout un tas d’autres petites infos utiles à notre culture générale.

En conclusion, c’est un livre sympathique à lire : complet et instructif. J’ai passé de bons moments en la compagnie de ce roman même si à mon gout il a manqué un petit quelque chose pour le rendre génial. Je retiens essentiellement le coté positif du livre qui compense le reste. Backstage est une collection qui promet de belles découvertes musicales et littéraires. J’ai hâte de découvrir un autre titre de la collection « Le Béton qui coule dans nos veines. ».

Coup de coeur

 Je remercie encore les Édition Nathan pour leur confiance.