Les Cités des Anciens Tome 3 La Fureur du Fleuve de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Juin 2012

350 pages

Dans ce troisième volume, les tensions se nouent et s’accentuent.
Graffe prétend plus que jamais régenter le groupe et se heurte à la révolte de Thymara, qui n’accepte pas qu’on lui dicte sa conduite ; Sédric, après avoir volé le sang du petit dragon cuivré, tombe malade et constate avec effroi d’étranges modifications chez lui ; Leftrin découvre enfin l’agent de son maître-chanteur et se trouve désormais face à un choix terrible ; et Mise doit, elle aussi, décider entre son amour pour le capitaine et sa vie de femme mariée.

« La Fureur du Fleuve » est le troisième tome de la série « Les Cités des Anciens » de Robin Hobb. Dans ce livre, nous continuons les aventures des gardiens, des dragons, de l’équipage du Mataf et d’Alise. Chacun vaque à ses occupations habituelles sans se douter qu’il y a tout un tas d’affaires cachées au sein même de ce groupe qui paraissait si uni. Sédric continue son trafic, ce qui lui joue des tours. Le capitaine Leftrin quant à lui découvre qu’un membre de son équipage tient à le faire chanter et doit faire des choix par amour et par fierté et Alise quant à elle s’émancipe toujours plus, étant sur la bonne voie pour devenir une aventurière. Quand l’univers des eaux acides joue des tours à nos protagonistes, l’histoire peut continuer …

Ce tome est sans conteste la continuité de cette série que j’adore. L’ambiance reste la même : des lieux inaccueillants et pourtant une intrigue complexe qui vous tiens en haleine sans pour autant multiplier les actions, avec Robin Hobb, tout est dans la finesse des complots, des non-dits et des pensées des personnages quand ils se retrouvent face à eux même et à leurs choix.

Comme je l’avais certainement déjà dit dans l’un de mes précédents avis sur les autres tomes, les personnages sont vraiment l’atout de cette série. Leur évolution au fil des tomes est flagrante mais tout reste très naturel et possible car les changements s’opèrent au fil des pages et selon les péripéties auxquelles ceux-ci sont confrontés

Dans ce tome, j’ai apprécié de retrouver l’Alise simple et un peu naïve des autres livres, mais surtout son évolution. Elle devient une battante et une « presque » vraie aventurière. Je trouve son évolution judicieuse car Alise n’en devient que plus attachante.

Ensuite, j’ai retrouvé un certain attachement à Sédric, perdus dans le tome deux à cause de ses actes que je ne cautionnais pas. A présent, même si je ne réussis toujours pas à le porter dans mon cœur, je me rends compte que ce tome et surtout la fin lui rend un peu de son allure.

En ce qui concerne les gardiens, leurs personnalités mais surtout leurs mœurs évoluent et ce aux dépend de Thymara qui perd ses repères. Elle ne sait pas si elle doit continuer à vivre avec les lois qui lui ont été apprises à sa naissance ou si elle doit, comme les autres, revendiquer ses droits en tant qu’humaine.

Le style de l’auteure est toujours aussi prenant et envoutant, ce n’est pourtant pas un petit livre et je n’ai pas pour habitude de lire vite et pourtant je l’ai dévoré en très peu de temps. Je suis encore une fois émerveillée par cette prestance de l’auteur dans les mots qu’elle utilise. Tout est fluide et tellement naturel qu’on ne voit pas les pages défiler, je crois que c’est l’atout le plus envoutant de ce livre et de cette auteure.

La fin de ce tome annonce de grands changements pour les suivants car la situation est modifiée du tout au tout, suite à un grand bouleversement. Le suspense de cette fin était tellement insupportable, que j’ai finis les 150 dernières pages du roman d’une traite, sans pouvoir m’arrêter. C’est sans contexte les pages que j’ai le plus appréciées de ce tome même si elles m’ont laissé entrevoir un léger défaut à ce tome : en effet, bien que pleine de rebondissements, cette fin m’a laissée sur ma faim ! C’est pourquoi j’attends le prochain tome avec une impatience que je peux difficilement cacher.

Pour conclure, c’est avec bonheur que j’ai retrouvé l’équipée de ce livre durant ma lecture que j’ai trouvé beaucoup trop courte à mon gout ! Les personnages évoluent, on se rapproche de plus en plus d’eux. Chaque action à son importance dans ce roman et tout est lié avec merveille. La fin me laisse un gout de trop peu, j’en aurais voulu encore plus mais pour cela il me suffit juste d’attendre le prochain tome. Inutile de préciser que mon coup de cœur pour cette série a continué avec ce tome !

coup-de-coeur

Merci aux Éditions J’ai lu pour ce partenariat et au forum Mort Sure de Lecture.

Publicités

Les Cités des Anciens Tome 2 : les Eaux Acides de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Janvier 2012

350 pages

Le grand jour se profile : Alise et Thymara vont enfin rencontrer les dragons, l’une pour assouvir sa soif de connaissances, l’autre pour les conduire jusqu’à la légendaire cité des Anciens. Elles ignorent que cette rencontre changera leur existence. Alise, passagère à bord du mataf dont le capitaine, Leftrin, ne la laisse pas insensible, doit faire un choix qui compromet sa réputation et son mariage. Thymara, parce qu’elle fréquente les autres jeunes gardiens, porteurs des stigmates du Désert des Pluies, remet en cause les règles qui régissent sa vie depuis sa naissance. Un trajet long et pénible les attend, mais c’est la seule manière de découvrir leur vraie nature…

« Les Eaux Acides » de Robin Hobb est le second tome de la série « les cités des Anciens ».  Nous retrouvons donc l’histoire où nous l’avions laissée ainsi que les personnages : Alise accompagnée de Sédric, Leftrin et son équipage ainsi que Thymara et le groupe des gardiens. Dans ce tome, leur histoire va se lier pour ne former qu’une, celle du début d’un grand périple accompagné par tous les dragons pour retrouver la merveilleuse Kelsingra, la cité des anciens.

Pour commencer, nous retrouvons Leftrin, qui s’apprête à rencontrer Alise et Sédric à qui il a permis de voyager jusqu’à Cassaric sur le Mataf. Dès le premier regard, il méprise le jeune homme hautain qu’est Sédric et apprécie la jeune fille et son caractère avenant. Voici donc les premiers liens qui se forment entre les personnages du premier tome qui ne s’étaient encore jamais rencontré. C’est l’une des premières choses que j’ai apprécié dans ce roman. Étant donné que les personnages principaux se rencontrent petit à petit, l’histoire est moins entrecoupée par des scènes se passant dans des endroits différents. Plus les pages défiles, plus l’histoire devient unie pour n’en former qu’une qui rattroupe tous les personnages.

La multiple narration est toujours le plus gros atout de ces romans, nous permettant de connaitre l’histoire sous plusieurs angles différents, selon les avis des différents caractères et leur position dans l’histoire. C’est un avantage considérable car il permet de diversifier le roman et de le rendre par la même occasion plus riche. La plume de l’auteur est également toujours aussi fluide et agréable à lire. Son style est clair, nous permettant de nous imaginez les lieux, les personnages et les actions en quelques secondes et avec une déroutante facilité.

Dans ce second tome, on sent que les personnages murissent. Thymara par exemple, se rend compte de la dure réalité d’une vie en communauté avec les autres gardiens. En effet, tout n’est pas toujours facile. Certains veulent prendre le pouvoir, des amitiés se forment et se renforcent quand d’autres se délient. Elle apprend à chasser pour nourrir les dragons, apprends à les soigner et à les panser et surtout, elle se rend compte que ce voyage ne sera pas de tout repos.

En ce qui concerne Leftrin, personnage que nous n’avions pas beaucoup eu l’occasion de connaitre dans le premier tome, il est beaucoup plus mis en avant dans celui-ci. Il s’agit d’un être toujours un peu mystérieux mais on apprend quand même à découvrir des choses sur sa personnalité. Son coté « capitaine bourru » cache une grande connaissance de l’environnement des eaux acides et son caractère amical envers son équipage et surtout Alise, qu’il apprécie beaucoup. C’est un homme qui sait se rendre aimable envers les personnes qu’il apprécie mais qui n’arrive pas vraiment à faire des efforts envers ceux qu’il méprise.

Alise quant à elle s’émancipe beaucoup dans ce second tome, elle est heureuse car son rêve se réalise, mais pour celui-ci elle a dû sacrifier sa parole envers son mari. En effet elle ne rentrera pas dans les délais prévus puisqu’elle s’est engagée dans la recherche de la cité des anciens, un périple longue et à durée indéterminée.
Sédric est furieux car il n’est pas à l’aise dans le confort précaire que lui offre le mataf mais aussi car cette décision met en péril un sinistre projet … On découvre un nouveau Sédric dans ce tome, un homme désagréable qu’on ne soupçonnait pas, il est méprisant, hautain et arrogant au possible. Je me suis pas mal détaché de lui car dans le premier tome je ne le croyais pas comme ça. Le découvrir n’a pas été un grand plaisir mais on sent qu’il va avoir un rôle déterminant dans l’histoire … Ce qui est très intriguant avec ce personnage c’est qu’il cache bien son jeu et que c’est grâce aux moments ou il devient narrateur qu’on apprend sa vraie personnalité.

L’intrigue reste toujours aussi prenante. On se demande si le voyage arrivera à son terme positivement et quels nouveaux rebondissements vont arriver, comme les personnages sont nombreux, ils se passent tout un tas de choses, d’évènements entre eux ce qui est vraiment très appréciable. C’est un roman très vivant comme je les aime.

Pour conclure, ce second tome ne perd pas les avantages du premier. Toujours aussi fascinant, il nous permet de mieux connaitre les personnages et le désert des pluies, nous donnant évidement envie de continuer cette série. J’ai encore eu un coup de cœur pour la plume de Robin Hobb. A cet instant, il n’y a qu’une question qui me brule les lèvres : à quand le prochain tome ?

Coup de coeur

Merci aux éditions j’ai Lu ainsi qu’au forum Mort Sure de lecture pour ce partenariat.