Time Riders tome 4 d’Alex Scarrow

Écrit par Alex Scarrow • Paru en Février 2013

455 pages

Liam aurait dû mourir en mer en 1912.
Maddy aurait dû mourir en avion en 2010.
Sal Vikram aurait dû mourir dans un incendie en 2006.
Mais à la dernière seconde, une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : empêcher que les voyages dans le temps ne modifient le passé… et ne détruisent notre monde.
Maddy, Liam et Sal doivent retrouver Abraham Lincoln qui a subitement disparu. Ils n’ont pas une minute à perdre, car, sans lui, la Guerre de Sécession ne peut pas prendre fin !

« La Guerre Éternelle » est le quatrième tome de la série des Time Riders écrite par Alex Scarrow. Nous y retrouvons nos trois agents : Liam, Maddy et Sal ainsi que les deux auxiliaires de mission qui sont confrontés à une nouvelle onde temporelle. La disparition d’Abraham Lincoln a modifié l’histoire : la guerre de Sécession est devenue une guerre sans fin. Les Time Riders doivent absolument le retrouver ou eux aussi pourraient bien périr dans ce conflit éternel.

J’ai donc retrouvé la plume et l’inventivité de l’auteur dans ce nouveau tome et je dois dire que je ne me lasse pas des aventures de nos Time Riders. Toujours aussi imaginatif, l’auteur nous plonge une fois encore dans une histoire altérée très bien forgée.

Bien que le thème de ce changement temporel ne soit pas mon préféré parmi les différents tomes déjà parus, je dois avouer que c’est de loin le plus travaillé selon moi. La quatrième de couverture nous annonce une guerre éternelle mais il y a tellement d’autres changements, tous aussi incroyables les uns que les autres, que je ne peux que féliciter l’auteur pour cette créativité débordante !

Ces altérations de l’histoire sont là pour perturber la réalisation de la mission des agents, ce qui apporte un réel plus à l’histoire puisque au fil des tomes, ils sont confrontés à des contraintes grandissantes. Dès le début de ma lecture, j’ai ressentis que ce tome avait quelque chose de spécial et je ne me suis pas vraiment trompée.

Maddy et Liam changent peu par rapport aux tomes précédents, par contre Sal prend beaucoup plus d’«ampleur» et d’importance. Pour son plus grand plaisir elle a l’occasion de s’investir bien plus et ainsi de se familiariser encore mieux avec son travail au sein de l’agence, ce qui annonce peut être un changement dans leur organisation à vérifier à la lecture des prochains tomes.

La fin est bien différentes de la trame des autres tomes, laissant un suspense intenable puisque la mission n’est pas encore terminée à la fin du roman, ce qui est une première pour cette série et du coup ça me donne encore plus envie d’avoir le prochain tome entre les mains pour savoir comment cette histoire va se terminer et surtout les conséquences ce cette fin et le mystère qui l’entoure sur la suite de la série. Autre petit plus que j’ai énormément apprécié, c’est un petit clin d’œil de l’auteur à la fin de l’histoire par rapport au début de ce tome.

Pour conclure, ce tome est encore une fois une vraie réussite. Inventivité, actions et mystères forment le trio gagnant qui font de cette série une vraie merveille. Je ne me lasse pas des aventures des Time Riders et à chaque fin de tome je n’ai qu’une hâte : lire la suite ! J’en attends toujours plus et jamais je n’ai été déçue, si vous ne connaissez pas encore la série, n’hésitez plus !

coup-de-coeur

Azami le Coeur en deux de Marc Cantin et Isabel

Écrit par Marc Cantin et Isabel • Paru en Juin 2012

215 pages

Azami, une jeune Japonaise de 14 ans, qui vit avec sa grand-mère un peu sorcière, a plein de projets en tête. Mais voici que son père, qu’elle ne voit que très rarement, lui propose un voyage en France chez des amis franco-japonais !
Pour Azami, c’est le choc des cultures. Les cheveux verts de Myo, la fille des amis de son père, forment un drôle de contraste avec ses habits d’enfant sage. Et les sortilèges de sa grand-mère sont une bien piètre protection contre les « pièges » de la vie française ! Comble de malchance, voici qu’Azami tombe amoureuse du petit ami de Myo…

« Azami : le cœur en deux » est un roman écrit par Marc Cantin et Isabel deux auteurs jeunesse. Nous y rencontrons Azami, une jeune fille vivant dans la campagne Japonaise chez sa grand-mère : Obâsan. Elle a perdu sa mère petite et son père, qui travaille à Tokyo, n’a pas le temps de s’occuper d’elle car ses affaires le retiennent toujours en ville ou à l’étranger. Cependant elle aime ça petite vie tranquille et ça tombe bien car les vacances d’été vont bientôt commencer. Azami commence déjà à planifier ses futures journées en compagnie de Nayoko, sa meilleure amie mais une proposition de voyage à Paris que lui fait son père va tout changer …

Cette histoire bien sympathique commence doucement mais surement. Les auteurs ont adopté un style assez basique et simple, adapté aux lecteurs jeunesse puisque ce livre est destiné à un public de jeunes à partir de 11 ans. En tout cas ce qui est certain c’est que leur façon d’écrire n’est pas dénuée d’humour, au contraire et c’est en grande partie grâce à ça que je me suis attachée si vite à l’histoire. Comme le livre est assez court, environ 200 pages écrites avec une police de taille assez grosse, je l’ai lu d’une seule traite.

Concernant les personnages, j’ai eu un gros coup de cœur pour la grand-mère d’Azami qui m’a fait beaucoup rire par son coté un peu exubérant avec ses croyances ancestrales surtout concernant l’ordinateur d’Azami. On ressent à quel point Azami lui est reconnaissante de s’occuper d’elle et à qu’elle point elle est attachée à elle. Les sentiments sont très bien retranscris dans ce roman.

Azami quant à elle est pleine de vie et attachante surtout quand elle est à Paris car elle découvre de nouvelles façons de faire, de penser et de se comporter ce qui la perturbe un peu au début. C’est en quelque sorte un choc des cultures entre elle qui a été élevée dans les traditions Japonaise et Myo, une adolescente rebelle aux cheveux verts qui vit dans la capitale française. La pauvre n’a pas plus de temps pour voir son père qu’au Japon même si ils vivent dans le même appartement elle ne le voit qu’en coup de vent et ça l’affecte beaucoup même si elle ne le montre pas énormément, le lecteur ressent sa peine.

On peut décomposer ce livre en deux parties : celle où Azami est à Kaïdo au Japon et l’autre ou elle est à Paris. La première introduit le roman de façon assez traditionnelle pour nous présenter l’univers d’Azami et l’autre est un bouleversement pour la jeune fille, entre découvertes, amour, amitié et surtout nouvelles inattendues mais toujours avec une part de Japon grâce à un être qu’Azami à apporté bien malgré elle en France.

La partie Japonaise m’a beaucoup plus car j’ai découvert dans ce petit livre des coutumes, une autre façon de vivre et je dois dire que ce livre vous fait voyager de Kaïdo à Paris en passant par Tokyo. Par contre, j’ai trouvé la seconde partie plus banale et même parfois un peu caricaturale surtout concernant la jeune Myo. Heureusement, vers la fin, j’ai apprécié son recul vis-à-vis du séjour de Myo et j’ai retrouvé pour mon plus grand plaisir une part moins noire et étrange de la jeune fille.

A la fin de ce livre, Azami doit prendre une décision importante et je suis contente de son choix et de la façon dont termine ce livre qui bien qu’étant destiné aux jeunes lecteurs est plein de sincérité, de joie de vivre et de découverte.

Pour conclure, ce livre malgré un « milieu » un peu fade et décrivant des clichés un peu déjà vu m’a séduite car il ne faut pas oublier que c’est un roman jeunesse donc qui suppose une histoire assez simple. Il a su me faire voyager dans un pays aux coutumes différentes des miennes. J’ai beaucoup aimé le coté traditionnel du livre et la personnalité d’Azami et de sa grand-mère. Un livre drôle, émouvant que je n’ai pas lâché avant de le terminer.

Merci aux éditions Nathan pour ce partenariat.

Les Cités des Anciens Tome 2 : les Eaux Acides de Robin Hobb

Écrit par Robin Hobb • Paru en Janvier 2012

350 pages

Le grand jour se profile : Alise et Thymara vont enfin rencontrer les dragons, l’une pour assouvir sa soif de connaissances, l’autre pour les conduire jusqu’à la légendaire cité des Anciens. Elles ignorent que cette rencontre changera leur existence. Alise, passagère à bord du mataf dont le capitaine, Leftrin, ne la laisse pas insensible, doit faire un choix qui compromet sa réputation et son mariage. Thymara, parce qu’elle fréquente les autres jeunes gardiens, porteurs des stigmates du Désert des Pluies, remet en cause les règles qui régissent sa vie depuis sa naissance. Un trajet long et pénible les attend, mais c’est la seule manière de découvrir leur vraie nature…

« Les Eaux Acides » de Robin Hobb est le second tome de la série « les cités des Anciens ».  Nous retrouvons donc l’histoire où nous l’avions laissée ainsi que les personnages : Alise accompagnée de Sédric, Leftrin et son équipage ainsi que Thymara et le groupe des gardiens. Dans ce tome, leur histoire va se lier pour ne former qu’une, celle du début d’un grand périple accompagné par tous les dragons pour retrouver la merveilleuse Kelsingra, la cité des anciens.

Pour commencer, nous retrouvons Leftrin, qui s’apprête à rencontrer Alise et Sédric à qui il a permis de voyager jusqu’à Cassaric sur le Mataf. Dès le premier regard, il méprise le jeune homme hautain qu’est Sédric et apprécie la jeune fille et son caractère avenant. Voici donc les premiers liens qui se forment entre les personnages du premier tome qui ne s’étaient encore jamais rencontré. C’est l’une des premières choses que j’ai apprécié dans ce roman. Étant donné que les personnages principaux se rencontrent petit à petit, l’histoire est moins entrecoupée par des scènes se passant dans des endroits différents. Plus les pages défiles, plus l’histoire devient unie pour n’en former qu’une qui rattroupe tous les personnages.

La multiple narration est toujours le plus gros atout de ces romans, nous permettant de connaitre l’histoire sous plusieurs angles différents, selon les avis des différents caractères et leur position dans l’histoire. C’est un avantage considérable car il permet de diversifier le roman et de le rendre par la même occasion plus riche. La plume de l’auteur est également toujours aussi fluide et agréable à lire. Son style est clair, nous permettant de nous imaginez les lieux, les personnages et les actions en quelques secondes et avec une déroutante facilité.

Dans ce second tome, on sent que les personnages murissent. Thymara par exemple, se rend compte de la dure réalité d’une vie en communauté avec les autres gardiens. En effet, tout n’est pas toujours facile. Certains veulent prendre le pouvoir, des amitiés se forment et se renforcent quand d’autres se délient. Elle apprend à chasser pour nourrir les dragons, apprends à les soigner et à les panser et surtout, elle se rend compte que ce voyage ne sera pas de tout repos.

En ce qui concerne Leftrin, personnage que nous n’avions pas beaucoup eu l’occasion de connaitre dans le premier tome, il est beaucoup plus mis en avant dans celui-ci. Il s’agit d’un être toujours un peu mystérieux mais on apprend quand même à découvrir des choses sur sa personnalité. Son coté « capitaine bourru » cache une grande connaissance de l’environnement des eaux acides et son caractère amical envers son équipage et surtout Alise, qu’il apprécie beaucoup. C’est un homme qui sait se rendre aimable envers les personnes qu’il apprécie mais qui n’arrive pas vraiment à faire des efforts envers ceux qu’il méprise.

Alise quant à elle s’émancipe beaucoup dans ce second tome, elle est heureuse car son rêve se réalise, mais pour celui-ci elle a dû sacrifier sa parole envers son mari. En effet elle ne rentrera pas dans les délais prévus puisqu’elle s’est engagée dans la recherche de la cité des anciens, un périple longue et à durée indéterminée.
Sédric est furieux car il n’est pas à l’aise dans le confort précaire que lui offre le mataf mais aussi car cette décision met en péril un sinistre projet … On découvre un nouveau Sédric dans ce tome, un homme désagréable qu’on ne soupçonnait pas, il est méprisant, hautain et arrogant au possible. Je me suis pas mal détaché de lui car dans le premier tome je ne le croyais pas comme ça. Le découvrir n’a pas été un grand plaisir mais on sent qu’il va avoir un rôle déterminant dans l’histoire … Ce qui est très intriguant avec ce personnage c’est qu’il cache bien son jeu et que c’est grâce aux moments ou il devient narrateur qu’on apprend sa vraie personnalité.

L’intrigue reste toujours aussi prenante. On se demande si le voyage arrivera à son terme positivement et quels nouveaux rebondissements vont arriver, comme les personnages sont nombreux, ils se passent tout un tas de choses, d’évènements entre eux ce qui est vraiment très appréciable. C’est un roman très vivant comme je les aime.

Pour conclure, ce second tome ne perd pas les avantages du premier. Toujours aussi fascinant, il nous permet de mieux connaitre les personnages et le désert des pluies, nous donnant évidement envie de continuer cette série. J’ai encore eu un coup de cœur pour la plume de Robin Hobb. A cet instant, il n’y a qu’une question qui me brule les lèvres : à quand le prochain tome ?

Coup de coeur

Merci aux éditions j’ai Lu ainsi qu’au forum Mort Sure de lecture pour ce partenariat.

Time Riders Tome 1 d’Alex Scarrow

Écrit par Alex Scarrow • Paru en Janvier 2012

445 pages

Liam O’Connor aurait dû mourir en mer en 1912. Maddy Carter aurait dû mourir en avion en 2010. Sal Vikram aurait dû mourir dans un incendie en 2026. Mais une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter. Désormais, ils sont des Time Riders. Leur mission : empêcher que les voyages dans le temps ne changent l’Histoire.

« Time Riders » d’Alex Scarrow est une collection de science fiction comprenant au total neuf tomes. Voici donc ma chronique du premier d’entre eux. L’histoire se déroule en 2001 mais nous voyageons à plusieurs époques dès le début de l’histoire lorsque Foster, membre d’une agence de Time Riders, recrute ses 3 nouveaux agents : Liam, Maddy et Sal. Ils auraient dû mourir mais leurs qualités leur ont donné la chance de survivre en échange de leur travail au sein de l’agence. Leur but est simple mais la tâche l’est beaucoup moins : il faut empêcher l’histoire d’être modifiée par des voyageurs dans le temps car le monde pourrait bien devenir apocalyptique dans le cas contraire.

J’ai commencé le roman avec beaucoup d’enthousiasme car au premier abord il m’intriguait déjà beaucoup. La couverture est en totale adéquation avec le genre du roman et la petite phrase « ne jouez pas avec le temps » mêlée à l’image, nous donne tout de suite envie de lire le livre. Les premiers chapitres, ceux du recrutement des trois agents, sont vraiment incroyables, ce sont d’ailleurs mes préférés car l’auteur pose les bases de son histoire d’une telle façon qu’on sent que cette histoire va être palpitante et pleine de rebondissements. Je peux vous assurer que ce premier ressenti s’est avéré exact.

Nous faisons ensuite nos premiers pas dans l’agence avec Maddy, Sal et Liam. Ils ne savent rien de son fonctionnement et doivent donc tout apprendre, tout comme nous. On se sent donc très bien impliqué dans l’histoire puisqu’on peut facilement s’identifier à l’un des trois agents et pas à pas assimiler avec eux, les bases de leur mission et le fonctionnement de cet univers des voyages dans le temps. Une initiation aux bases de l’agence qui tourne court, car finalement il doivent aussi apprendre sur le terrain, j’ai vraiment aimé ce choix de l’auteur, ça rend l’histoire bien plus axée vers l’action et c’est aussi beaucoup plus intéressant que de les voir apprendre avec des « leçons » à l’intérieur de l’agence.

Les personnages ont chacun des qualités bien précises qui font qu’ils ont été choisi pour vivre et intégrer une équipe de Time Riders. Chacun d’entre eux est décrit précisément au début de l’histoire et on apprend à connaitre leur faiblesses et leurs autres atouts tout au long de l’histoire. Je me suis beaucoup attaché à eux trois ainsi qu’a Foster, leur guide dans l’agence et à Bob, l’agent auxiliaire.

Ce qui est intéressant avec Liam c’est qu’il vient du passé par rapport à l’année où est basée l’agence, donc il ne connait pas l’existence de certains évènements, de certain choses modernes telles que les ordinateurs où un simple hamburger ce qui m’a fait sourire à plusieurs reprises. Le fait est qu’il apprend vite et qu’on ressent qu’il a beaucoup mûri tout au long de ce premier roman. Sal quant à elle est la plus jeune et on ressent l’histoire via son journal intime pendant quelques chapitres, ce que j’ai beaucoup aimé. En ce qui concerne Maddy, elle a cette capacité à garder son sang froid qui lui permet de prendre soin de Sal qui a moins de cran qu’elle à cause de son plus jeune âge. J’ai donc trouvé tous ces personnages très complémentaires. C’est vraiment une belle équipe qu’a créé l’auteur avec des personnages tous aussi fascinant les uns que les autres. J’ai trouvé ça très appréciable puisqu’on peut facilement s’intégrer à l’équipe et donc au roman.

En ce qui concerne l’histoire, je l’ai complètement adoré du début à la fin. On ne s’ennuie jamais, il n’y a pas de temps morts et on voit que le roman à été très travaillée par son auteur. Notamment les passages concernant la machine à voyager dans le temps puisqu’on connait l’inventeur, sa date d’invention, l’anecdote de sa création et son rôle pour l’agence. Tout est tellement bien écrit et expliqué que ça à l’air totalement réel et crédible.
J’avais peur de me perdre avec les époques mais ça n’a jamais été le cas, le style de l’auteur est assez naturel ce qui le rend très agréable à lire et nous facilite grandement la compréhension de l’histoire et de toutes ces modifications.

C’est une histoire qui m’a passionnée car elle traite d’un sujet qui, je pense n’a pas été facile à écrire vu la complexité des changements d’époque et de lieux mais qui a été très bien traitée. Je félicite l’auteur qui à réussi à créer un monde où le voyage à travers le temps est rendu possible, mêlé à de l’action et à la trame d’une histoire palpitante et tout autant intéressante.

Pendant notre lecture, on se rend vraiment compte de la dangerosité de ces changements de l’Histoire. Un tout petit changement peut entrainer de graves conséquences comme on peut le voir dans cet épisode où un homme tout droit sortit de 2066 décide de retrouver la machine à voyager dans le temps pour retourner à l’époque de la deuxième guerre mondiale afin d’apporter des informations à Hitler pour l’aider à gagner la guerre.

Pour conclure, ce livre a été un réel coup de cœur pour moi, je ne lui ai trouvé que des qualités et je pense qu’on ne peut qu’apprécier la manière dont l’auteur à traité le sujet des voyages dans le temps. Il vous tient du début à la fin, si bien que je n’arrivais plus à arrêter ma lecture, si j’avais pu, je l’aurais lu d’une traite ! J’ai vraiment hâte de découvrir les tomes suivants. En ce qui concerne celui-ci, je le recommande vraiment à tous car c’est un livre à lire.

coup-de-coeur
Je remercie les Éditions Nathan et leur attachée de Presse pour ce SP reçu en Avant-première. Jusqu’à présent je n’ai lu de cette maison d’édition que des livres de très bonne qualité avec un excellent rapport qualité-prix et Time Riders n’a pas dérogé à la règle ! Merci encore pour leur confiance.